Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc a fini l'année 2015 avec une croissance de 4,5%

Sur l’ensemble de l’année, la croissance économique a été tirée par la valeur ajoutée agricole et par une amélioration des activités non agricoles, selon le HCP




L'économie marocaine a bouclé l'année 2015 avec une croissance de 4,5% selon l’arrêté des comptes nationaux du quatrième trimestre 2015 récemment publié par le Haut-commissariat au plan (HCP).
Ainsi, l'activité économique nationale aurait connu un quatrième trimestre prometteur, grâce notamment au secteur agricole, avec un taux de croissance, en hausse de 0,2 point par rapport à la prévision de 4,3%, retenue par le HCP.
«S’agissant du quatrième trimestre 2015, la croissance économique nationale a été tirée par la valeur ajoutée agricole et par une amélioration des activités non agricoles», a fait ressortir le document précisant, à ce titre, que, la valeur ajoutée agricole, en volume, a augmenté de 13,5% au lieu d’une baisse 1,3%, après une moyenne de 14,3%, enregistrée les trois trimestres précédents.
Et de relever qu’en ce qui concerne les activités non agricoles, elles se sont accrues de 3% au lieu de 0,8%, après une moyenne de 1,7% au cours des trois derniers trimestres soulignant, dans ce sens, qu’elles ont été portées par la croissance notamment des postes et télécommunications de 6,6% au lieu de 6,2%; de l’électricité et eau de 6,4% au lieu de 3,6% et des industries de transformation de 4,5% au lieu d’une baisse de 0,5%. Mais ce n’est pas tout. L’arrêté du HCP fait état d’autres activités non agricoles tirées par la croissance à l’instar du commerce avec 4,3% au lieu d’une baisse de 0,4%; des services rendus aux ménages et aux entreprises avec 3% au lieu de 1,3%; du bâtiment et travaux publics avec 2,9% au lieu de 0,9%; des services financiers et assurances avec 2,3% au lieu d’une baisse de 1,1%; de l’industrie d’extraction avec 2,1% au lieu d’une baisse de 3,5%; du transport avec 2,1% au lieu d’une hausse 5,3%; des services rendus par l’administration publique générale et sécurité sociale avec 1,5% au lieu de 2,3% ainsi que des services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale avec 1,4% au lieu d’une baisse de 0,3%.
Dans la foulée, le HCP fait savoir que globalement ces activités non agricoles ont subi la baisse de la valeur ajoutée des hôtels et restaurants de 1,8% au lieu de 0,3% et celle de la pêche de 2,2% au lieu d’une hausse de 9,3%.
Et de souligner que dans ce contexte, le Produit intérieur brut (PIB) en volume, a affiché un accroissement de 5,2% durant le quatrième trimestre 2015 au lieu de 2,2% une année auparavant, compte tenu des impôts sur les produits nets des subventions (lesquels ont augmenté de 13,5% au lieu 19%). La même source signale également qu’aux prix courants, l’accroissement du PIB a été de 7,1%, dégageant ainsi une hausse de son prix implicite de 1,9% au lieu de 1,1%.
De même, les analystes du HCP indiquent qu’au niveau des emplois du PIB en volume, les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 5%, au cours du quatrième trimestre 2015, au lieu de 2,6% la même période de l’année précédente, contribuant ainsi pour 3 points à la croissance au lieu de 1,5 point. Et de poursuivre que la consommation finale des administrations publiques a, en revanche, affiché une baisse de 1,9% au lieu d’une hausse de 0,7%, contribuant ainsi négativement à la croissance (-0.4 point) notant que pour sa part, l’investissement brut (formation brute de capital fixe et variations de stocks) a connu une hausse de 6,7% au lieu d’une baisse de 1,6%, avec une contribution à la croissance de 2,1 points au lieu d’une contribution négative de 0,5 point, durant le même trimestre de l’année précédente
De ce fait, le HCP explique que la demande intérieure a contribué pour 4,7 points à la croissance du PIB au lieu de 1,2 point le quatrième trimestre 2014.
Quant aux échanges extérieurs de biens et services, ils ont, de leur côté, dégagé une contribution positive à la croissance, se situant à 0,5 point au lieu de 1 point le même trimestre de l’année précédente, ajoute-t-on de même source, faisant observer que, dans ce cadre, les exportations de biens et services ont affiché une hausse de 7,8% au lieu de 1,7% et les importations ont aussi augmenté de 4,8% au lieu d’une baisse de 0,9%.
Et d’affirmer que le revenu national brut disponible s’est ainsi amélioré de 7,8% au cours du quatrième trimestre 2015 au lieu de 0,2% l’année précédente révélant, dans ce sillage, que ceci s’explique par la hausse du PIB aux prix courants de 7,1% au lieu de 3,3% et des revenus nets reçus du reste du monde de 19,3% au lieu d’une baisse de 36%.
Au plan de financement de l’économie, les services d’Ahmed Lahlimi Alami soulignent qu’avec une amélioration de la consommation finale nationale  de 4,1% à prix courants, l’épargne nationale a atteint 29,3% du PIB durant le quatrième trimestre 2015 au lieu de 26,4% une année auparavant précisant que compte tenu de la baisse de l’investissement brut à 30,1% par rapport au PIB au lieu de 30,5%, le besoin de financement de l’économie nationale s’est fortement réduit, passant de 4% du PIB à 0,8%.

Meyssoune Belmaza
Vendredi 1 Avril 2016

Lu 1218 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs