Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Mali refoule huit mercenaires du Polisario : Les séparatistes persona non grata dans les pays limitrophes du Sud de l’Algérie




Le Polisario et AQMI dont les accointances sont avérées, voient leurs  libertés de circulation dans l’espace saharo-sahélien de plus en plus compromises. Samedi soir, huit membres du Polisario se sont vu refouler du Mali, à la frontière nord avec le Niger pour défaut de papiers en règle. «Nous avons refoulé du Mali  huit jeunes Arabes qui se sont déclarés Sahraouis et militants de la cause du Polisario. Ils n'avaient pas de papiers en règle. Il y a des lois à respecter surtout quand on vient faire de la propagande douteuse», ont déclaré des sources sécuritaires maliennes.  
Le nord du Mali qui a longtemps été considéré comme une base arrière pour les mouvements terroristes du Polisario et d’AQMI de par le long et perméable tracé de ses frontières, semble petit-à-petit se refermer au nez des séparatistes et à la barbe de la nébuleuse islamique. Cette affaire survient après que le Polisario à la mi-décembre avait pénétré illégalement sur le territoire malien pour y tuer un homme et en enlever plusieurs autres, histoire de masquer sa responsabilité dans l'enlèvement des trois ressortissants européens le 23 octobre, dans les camps de Tindouf, à Hassi Rabouni et de faire d’une pierre deux coups.
C’est une situation qui vient empoisonner la béatitude dans laquelle baignait jusqu’alors  Mohamed Abdelaziz après sa 11ème réélection, deux jours avant, à la tête du Front Polisario en tant que  S.G avec, tenons-nous bien, un taux dictatorial de 96%. Ajoutez à cela que le bonhomme qui cumule aussi la fonction de président de sa république fantomatique était le seul candidat à sa propre succession et vous saurez tout sur la gestion des affaires du Polisario.
 Pour en revenir à l’intrusion avortée des mercenaires et la violation  du  territoire malien par les sbires de Mohamed Abdelaziz, Bamako par la voix de ses  officiels ne mâchait pas ses dires. Après enquête, il a été avéré que  l’homme tué et les autres enlevés lors du raid du Polisario dans le nord du Mali à la mi-décembre, n’avaient rien à voir avec le rapt des Européens. Selon un quotidien local, «L’Aube », le 8 décembre dernier à Al Hank, des éléments du Polisario dans l’intention de libérer un des leurs, fait prisonnier par ses complices (des Arabes maliens) dans un trafic de drogue ayant mal tourné, avaient organisé une expédition punitive. «Mohamed Ould Laabid alias Robio, est alors appréhendé par le commando.
Robio est présenté comme étant un proche d’un haut responsable de l’organisation, mais qui opère entre le Mali, l’Algérie et les camps de Tindouf. Il est à la fois trafiquant, homme de main, passeur et membre du Polisario.» La personne tuée qui  aurait opposé une farouche résistance aux membres du commando, n’est autre que «Mohamed Yeyia Ould Hamed dit Double tête »  connu dans le milieu du trafic  du nord. Il avait des «contacts  d’affaires» avec le sommet  du Polisario».Si Bamako va jusqu’à mettre la violation de son territoire qui a coûté la vie à l’un de ses ressortissants sur le compte du trafic de drogue et d’armes dans lequel serait fortement impliqué le Polisario, c’est preuves à l’appui. En effet au mois d’octobre dernier, les services de la douane maliens montraient du doigt les séparatistes en les accusant  d’alimenter AQMI en armes. Ce qui permettrait à cette dernière, en plus d’un contrôle dans le trafic de drogue, de s’adonner aux rapts, meurtres et crimes de tous genres dans la large bande sahélo-saharienne que se partagent le Niger, l’Algérie et le Mali. La source très officielle ajoute par ailleurs que le Polisario est en train de mettre sur pied tout un  trafic en proposant la location de ses propres véhicules de transport pour l’acheminement et surtout le dédouanement privé des convois de drogue (haschisch vers le sud et le Sahel et cocaïne vers le nord et l’Europe). Plusieurs membres du Polisario, dont des officiers en uniforme, ont été arrêtés récemment au Mali pour leur implication dans un trafic de plus d’une tonne de drogue, rappelle la même source.
Le Polisario qui a mis à profit la crise en Libye pour exploiter l’immense et incontrôlable espace désertique n’hésite pas à recruter dans la région Maliens, Nigériens et Algériens pour compléter ses troupes.

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 26 Décembre 2011

Lu 1307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs