Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Mali, nouvel Afghanistan




Le Mali, nouvel Afghanistan
Face à la chute et au contrecoup de l’élimination de Mouammar Kadhafi, le Mali subit de plein fouet les effets du reflux massif des groupes armés touareg de Libye. Recrutés pour sécuriser le sud de la Libye et soutenir la croissance économique de l’ex-Jamahirya, leur reflux massif vers leur ancienne zone de déploiement au Mali et au Niger, a provoqué une modification de la donne régionale.
Une sanctuarisation d’Aqmi dans une région saharo-sahélienne dont la chute de Kadhafi a accentué la déstabilisation, amplifiée de surcroît par la circulation d’un arsenal consistant, entraînerait un bouleversement géostratégique de la zone aux confins de six pays (Algérie, Libye, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal) de l’ancienne Afrique occidentale francophone.
Il faut tout d’abord comprendre que, politiquement et idéologiquement, les enjeux sont différents pour chaque acteur. D’un côté, les Touaregs exigent l’indépendance, ou du moins l’autonomie, de l’Azawad. Leurs revendications sont donc essentiellement nationalistes. De l’autre, des éléments se réclamant de l’islam et probablement très influencés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) appellent à l’instauration de la charia sur l’ensemble du pays. Et tout se complique étant donné que certains Touaregs peuvent être islamistes, comme le groupe Ansar Eddine dirigé par Iyad ag-Ghaly. Enfin, il ne faut pas oublier la présence de différentes milices rattachées à des chefs traditionnels qui agissent pour leur propre compte comme le Polisario. Si leurs motivations politiques divergent, ces différents acteurs ont en revanche un objectif identique : le contrôle des nombreux trafics, notamment celui des otages et dernièrement de la cocaïne, qui se déroulent dans la région sahélienne.
On pourrait penser qu’en cas d’affrontement entre Touaregs et islamistes, si c’était le cas, le rapport de force serait cependant en faveur des Touaregs. Ils peuvent compter sur le soutien de la population -environ 1 million de personnes- et disposent militairement de 3.000 à 4.000 combattants, contre à peine 400 pour les islamistes. Ceux-ci pourraient cependant bénéficier de soutiens financiers extérieurs, notamment de wahhabites saoudiens et du Qatar.
Je pense que les autres pays du Sahel, notamment la Mauritanie, le Niger et le Tchad, pourraient être victimes d’un effet domino de la crise malienne, elle-même consécutive de la révolution en Libye car en comparant à degré moindre, ces pays ont les mêmes problèmes que le Mali, notamment la fragilité politique et la pauvreté. La crise alimentaire qui sévit dans la région n’arrange rien. Cette dernière risque d’ailleurs de s’aggraver puisqu’il est très difficile d’organiser des distributions alimentaires dans un pays en guerre civile ou livré aux différents chefs. Plus globalement, le risque de déstabilisation s’étend de la Somalie jusqu’à la côte Atlantique.
Le danger s’articule autour de trois pôles :
- Aqmi, née en Algérie (de l’ancien Groupe salafiste de prédication et de combat) , «rayonne» via l’immense espace Sahara-Sahel au Niger, au Mali et en Mauritanie, avec ses «katibas», ses unités mobiles.
- Boko Haram au Nigéria mène le jihad contre les forces armées du pays. L’organisation, de son vrai nom «Disciples du Prophète pour la propagation de l’islam et de la guerre sainte».
- Enfin, comme en écho à l’Est, les Shebab en Somalie, officiellement ralliés à Al-Qaïda en février. Ils combattent sur place, outre l’armée somalienne, des forces de l’Ouganda, du Burundi, de l’Ethiopie et du Kenya venues porter secours au pays frère dans le cadre de la Mission de l’Union africaine en Somalie.
Le Royaume chérifien ayant une riche expérience du désert, il a malheureusement été écarté lors  de la réunion à Alger le 16 mars 2010 des  sept pays de la bande sahélienne qui se sont réunis dans la capitale algérienne pour coordonner leurs efforts face à la menace djihadiste.
Les camps de Tindouf sont une des zones majeures de recrutement d’enfants kamikazes, affirmait dans son édition  le quotidien italien Il Foglio. Ces enfants, ajoute-t-il, sont abandonnés à “un destin sans futur fait de pauvreté et de violence criminelle”.
Il s’agit là d’une “réalité dramatique liée en particulier aux trafics de stupéfiants, d’armes et d’êtres humains, qui est en train de bouleverser la région du Sahel tout entière”, relève Il Foglio sous la plume de Pio Pompa, un spécialiste des questions de défense.
“Il suffit de penser à ‘Ansar Eddine’ et au ‘Mujao’ (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest), dont la majeure partie des effectifs provient des camps sahraouis du Polisario” pour se rendre compte de la capacité de recrutement et de pénétration dans le tissu économique et social des groupes islamistes, dans la zone du nord du Mali, observe la même source.
Plus de 195.000 ont fui les combats selon les Nations unies, il serait tant que le Royaume du Maroc apporte son expérience dans ce domaine.

* Géopolitologue-intellectuel

Par Hamid Chriet
Jeudi 1 Novembre 2012

Lu 658 fois


1.Posté par karim le 01/11/2012 18:50
Un grand Géopolitologue j'ai lu plusieurs de ses analyses dans différents journaux notamment LE SOIR ECHOS, L'OBSERVATEUR DU MAROC, EL BAYANE, LE MATIN, et Maintenant LIBERATION, c'est un grand plaisir de lire toujours son point de vue aussi pertinentes et sérieuses , beaucoup de ministre devrai prendre exemple et se cultiver comme ce monsieur bravo un grand monsieur.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs