Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Japon condamne l'exécution d'un otage par l'EI et exige la libération du second




Le Japon condamne l'exécution d'un otage par l'EI et exige  la libération du second
Le Premier ministre japonais a qualifié dimanche "d'ignoble et impardonnable" le meurtre d'un otage nippon annoncé par le groupe Etat islamique dans une vidéo jugée crédible, exigeant "la libération immédiate" du deuxième homme aux mains des jihadistes dont les actes suscitent une vague internationale d'indignation.
Il a exprimé ses condoléances à la famille de son compatriote assassiné, Haruna Yukawa (vraisemblablement enlevé en Syrie en août dernier), et de nouveau exigé que soit relâché sans délai l'otage restant, le journaliste Kenji Goto, probablement capturé par l'EI fin octobre.
Les responsables des principaux partis politiques japonais ont de même fait savoir dimanche leur profonde indignation face à cet assassinat et le père de la victime, interrogé par les télévisions japonaises, s'est dit effondré. Les Etats-Unis, la France et la Grande Bretagne ont assuré le Japon de leur soutien. 
Bien que des doutes aient été initialement émis sur l'authenticité de la vidéo postée en ligne pour annoncer la mort de M. Yukawa, le Premier ministre Abe a jugé "élevée la crédibilité des images".
Les déclarations du président américain et du Premier ministre britannique semblent indiquer que leurs services de renseignement ont authentifié ce document.
D'une durée de près de trois minutes, il montre une image fixe de Goto en tunique orange tenant une photo de ce qui semble être le corps décapité de M. Yukawa. Le tout est accompagné d'un message en anglais prétendument lu par Goto qui blâme Abe de ne pas avoir versé la rançon exigée. 
Ce nouveau développement est intervenu moins de deux jours après l'expiration de l'ultimatum de 72 heures posé mardi par les islamistes de l'EI qui menaçaient d'exécuter les deux Japonais à moins de recevoir 200 millions de dollars. 
Le gouvernement nippon, qui subit aussi la pression des dirigeants étrangers pour ne rien lâcher, sa priorité étant de tout faire afin que Kenji Goto soit relâché au plus vite. 


AFP
Lundi 26 Janvier 2015

Lu 135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs