Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Hezbollah aurait perdu une trentaine de combattants en Syrie

La ville de Qousseir, un enjeu capital pour le deux parties




Le Hezbollah aurait perdu une trentaine de combattants en Syrie
Le Hezbollah libanais, en première ligne des combats au côté de l’armée syrienne à Qousseir, affrontait lundi les insurgés dans cette ville stratégique de l’ouest de la Syrie, après y avoir perdu au moins 28 combattants. Le président américain Barack Obama a exprimé auprès du président du Liban Michel Sleimane ses inquiétudes quant à la participation du Hezbollah au conflit syrien, alors que le département d’Etat condamnait vivement l’assaut lancé dimanche sur Qousseir. Cette ville est un enjeu capital pour le régime, car elle relie Damas au littoral, sa base-arrière, mais aussi pour les rebelles car elle leur sert de point de passage pour les armes et les combattants à partir du Liban voisin. Selon une source militaire, l’armée s’est emparée du sud, de l’est et du centre de la ville, et se dirigeait vers le secteur nord où sont retranchés les rebelles qui tenaient Qousseir depuis plus d’un an, mais les militants ont démenti une telle avancée.
La télévision officielle a aussi indiqué que «l’armée poursuivait les terroristes (rebelles selon la terminologie du régime) dans les secteurs nord et ouest de Qousseir». Aguerri aux combats de rue, le Hezbollah chiite, allié indéfectible du président Bachar Al-Assad, joue un rôle de premier plan dans les combats et a perdu dimanche 28 «membres d’élite», selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui a aussi fait état de 70 blessés dans ses rangs. Une source proche du Hezbollah a évoqué pour sa part 20 morts et 30 blessés. «Ce sont eux qui ont commencé l’assaut dimanche, ils sont entrés en premier et c’est pour ça qu’ils ont perdu 28 hommes», a expliqué Rami Abdel Rahmane, président de l’OSDH, qui s’appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales en Syrie.
Le corps de l’un d’eux, Fadi Jazar, qui avait été fait prisonnier par Israël avant d’être libéré en 2004, a été ramené à Beyrouth, où ses funérailles ont eu lieu lundi, selon un photographe de l’AFP. Lors d’un entretien téléphonique avec M. Sleimane, «le président Obama a souligné ses craintes quant au rôle croissant du Hezbollah en Syrie, qui combat en soutien au régime Assad, ce qui va à l’encontre des politiques du gouvernement libanais», a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué. Le dirigeant américain a aussi assuré le Liban de son «soutien» et de sa «reconnaissance» pour «l’accueil de réfugiés venant de Syrie». Le département d’Etat a de son côté «condamné avec force les violentes frappes aériennes et de l’artillerie» sur Qousseir, soulignant qu’»en menant cet assaut, le régime Assad provoque délibérément des tensions communautaires». Les militants anti-régime à Qousseir ont dénoncé un «siège étouffant imposé par le régime syrien et le Hezbollah libanais» et la violence de l’assaut.
«L’armée contrôle la partie est de Qousseir et le Hezbollah, aux côtés des forces du régime, tente d’avancer à l’intérieur de la ville», a affirmé à l’AFP Hadi Abdallah, joint via Skype.

AFP
Mercredi 22 Mai 2013

Lu 109 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs