Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le HCR prend langue avec les anti-Polisario des camps de Tindouf




Une délégation du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) se trouve depuis le début de la semaine dernière dans les camps de Tindouf.  Objectif de la visite : s’enquérir des doléances  des contestataires issus des différents mouvements opposés à la direction du Polisario et dont la principale revendication vise à faire bénéficier les Sahraouis installés en territoire algérien du statut de réfugié.
Ce sujet était le principal point à l’ordre du jour des réunions avec des membres du Mouvement du 5 mars et des activistes du groupe indépendant dénommé « Défenseurs des droits des réfugiés » qui avaient observé entre fin 2014 et début 2015 des  sit-in de plusieurs mois devant le siège de la représentation du HCR dans les camps de Tindouf.
Ils estiment que l’ONU ne peut leur apporter l’aide nécessaire tant que  le HCR n’a pas procédé  à un recensement dans les camps de Tindouf auquel l’Algérie et le Polisario s’opposent fermement  en violation des dispositions des cinq dernières résolutions du Conseil de sécurité.
Le cahier revendicatif des organisations opposées au Polisario a porté également sur l’épineuse question du droit à la libre circulation des personnes et au choix du pays destinataire. A ce propos, il convient de rappeler que les milices du Polisario, fortement soutenues par la douane et l’armée algériennes, ont mis en place des «checkpoints» à la sortie de chaque  camp. Des barrières qui se dressent exclusivement devant les Sahraouis non détenteurs de la nationalité algérienne ou mauritanienne qui constituent la majorité des habitants des camps de Tindouf. Ces mesures seraient appliquées, selon le Polisario, pour lutter contre la contrebande sous toutes ses formes, mais en réalité elles visent  essentiellement à permettre à ses dirigeants de se livrer à leurs propres trafics.
A noter, par ailleurs, que certains jeunes qui ont pris langue avec la délégation du HCR ont profité de l’occasion pour s’exprimer et surtout pour dénoncer la corruption dans les rangs de la direction du Polisario.
 A noter également que le pseudo-ambassadeur du Polisario en Algérie, Brahim Ghali, a dénoncé cette visite, dans une déclaration publiée par certains médias algériens. La prétendue agence de presse sahraouie qui a relayé cette déclaration sur son site en version espagnole a vite fait de la retirer.
Brahim Ghali, on s’en souvient, avait fui son poste à Madrid, de peur d’être inculpé par la justice espagnole pour violations des droits de l’Homme perpétrées contre des centaines de Sahraouis. La direction du Polisario qui n’a pas oublié la fuite de Brahim Ghali, lui aurait signifié qu’il ne pouvait parler de droits de l’Homme, lui qui les a si allégrement bafoués.
 


Ahmadou El-Katab
Lundi 10 Août 2015

Lu 1240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs