Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants interpelle le gouvernement

La violence, la cherté des médicaments et le dialogue national sur la société civile objet des questions orales




Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants interpelle le gouvernement
Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants interpelle le gouvernement sur la cherté des médicaments, la violence contre la femme et l’homme ainsi que sur le dialogue national sur la société civile.
Ces questions ont été soulevées, lundi lors de la séance des questions orales, respectivement par Rachida Benmassoud, Khadija Yamlahi et  Hassna Abouzaid.
En s’adressant au ministre de la Santé Houcine El Ouardi, Rachida Benmassoud a fait savoir que les prix prohibitifs des produits pharmaceutiques demeurent la préoccupation majeure des citoyens vu leur fort impact sur le pouvoir d’achat de millions de Marocains.   Ces derniers, particulièrement les plus démunis, ne savent plus à quel saint se vouer pour joindre les deux bouts. Tout en  soulevant  la problématique des médicaments génériques dont la qualité reste limitée  et qui suscitent la méfiance des Marocains, Rachida Benmassoud n’a pas manqué de demander au ministre de définir les mesures prises par son département pour l’élaboration d’une politique sociale et citoyenne de médicament.
Pour sa part, Khadija Yamlahi a souligné dans son intervention en s’adressant à Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de  la Femme, de la Famille et du Développement social, que la montée de la violence contre la femme, les jeunes filles et l’homme  devient un phénomène inquiétant,  génère un coût social et économique, a des répercussions sur toute la société et constitue, en fin de compte, une violence contre les droits de l’Homme dans leur globalité. Dans ce cadre, elle a interpellé Madame la ministre sur la politique gouvernementale pour lutter contre la violence ainsi que sur les mécanismes juridiques et institutionnels que son département compte adopter en ce sens.
Par ailleurs, Hassna Abouzaid a démontré, preuve à l’appui, que la politique de Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le Parlement, concernant le dialogue national sur la société civile manque de sérieux et vise surtout à contrôler l’ensemble du secteur associatif.
La démarche  de Habib Choubani manque de commodité et dénote un esprit d’exclusion  visant particulièrement les réseaux associatifs nationaux et régionaux ayant accumulé une grande expérience en la matière, a-t-elle tenu à préciser.  Pire, il a noyé le dialogue par de pseudo-associations fictives qui ne pourraient en aucun cas  apporter de valeur ajoutée à ce dialogue censé se dérouler dans la transparence la plus totale et dans un esprit de démocratie participative.

L.B
Jeudi 13 Juin 2013

Lu 415 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs