Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants examine le PLF 2018




Amam Chakrane, Tarek El Malki et Tarek Lakhal. 					 Ph: Zoulikha
Amam Chakrane, Tarek El Malki et Tarek Lakhal. Ph: Zoulikha
Le Groupe  socialiste à la Chambre des représentants  a examiné dimanche à Rabat le projet de loi de Finances 2018.   Vu l’importance  que revêt le  PLF,  plusieurs experts en la matière dont Tarek El Malki, Benyounès Al Marzouki et Tarek Lakhal ont participé  à cette rencontre et enrichi les débats par leurs profondes analyses.
Au cours de cette réunion présidée par le chef du Groupe, Amam Chakrane, tous les intervenants ont  passé en revue les mesures de réforme évoquées par  la déclaration gouvernementale  et dont les effets sont attendus par les Marocains particulièrement au niveau social.
Dans ce cadre, les membres du Groupe socialiste et les experts en droit, en économie et en finances présents ont débattu des différents amendements qui seront proposés  concernant essentiellement le dossier social et des moyens et voies pour convaincre la majorité gouvernementale de l’importance de ces propositions, en prélude au nouveau modèle de développement que le Maroc a décidé d’initier comme alternative afin de promouvoir ses différentes régions dans le cadre d’une politique  de développement ouverte sur un avenir différent.   
L’accent a été mis également sur les défis auxquels fait face la politique financière du Maroc et les dérapages enregistrés de cette dernière lors du mandat du gouvernement précédent ; lesquels dérapages  continuent d’avoir des répercussions sur les domaines social et économique tant au niveau de la dette extérieure, de l’emploi qu’au niveau des petites et moyennes entreprises.
Le Groupe socialiste a débattu au sein de l’atelier de réflexion  et de  concertation relatif  au  document de loi de Finances 2018 des différentes dispositions de ladite loi en soulignant les amendements à apporter dans ce sens.
Par ailleurs, Hamza Gdira, président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens  du Maroc, a présenté un rapport sur la crise que vit le secteur de la santé en s’appuyant sur des témoignages accablants quant à la situation  des pharmaciens qui requiert des solutions urgentes que doit prendre en considération le PLF 2018. Il a également demandé au Groupe socialiste de présenter des amendements à ce sujet, tout en assurant que le secteur risque de pâtir de graves conséquences au cas où rien n’est entrepris en vue de pallier les différents dysfonctionnements dans un esprit de responsabilité.

L.B.
Mardi 31 Octobre 2017

Lu 1019 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs