Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le "Gang Olsen" vise le hold-up




Loin d'être favori, le Danemark, surnommé le "Gang Olsen", du nom du sélectionneur, espère bien déjouer les pronostics et créer la sensation en réussissant le hold-up comme le royaume l'avait fait en 1992, tout en jouant sans pression.
Le groupe B composé de l'Allemagne, du Portugal et des Pays-Bas semble hors de portée des Danois, mais ce serait oublier qu'ils arrivent à l'Euro en tant que premier de leur groupe de qualification, devant les Portugais, qu'ils avaient battus (2-1) en octobre 2011 à Copenhague.
Le Danemark peut compter sur le savoir-faire de son sélectionneur Morten Olsen, en poste depuis 2000, qui a mené le petit pays scandinave en huitième de finale au Mondial-2002 et en quart à l'Euro-2004.
Un règne de 12 ans -et bientôt 14, car le technicien de 62 ans a prolongé jusqu'en 2014- qui a valu à la sélection le surnom de "Gang Olsen".
Mais depuis 2006, le Danemark semble stagner. Le "Gang" ne s'est pas qualifié pour le Mondial-2006, ni pour l'Euro-2008, et Olsen n'était pas parvenu à sortir de la phase de groupe du Mondial-2010.
Alors, qu'est-ce qui cloche au royaume du Danemark? "Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas eu de mouvements dans le staff", balaie Olsen, preuve qu'il est capable d'aérer son vestiaire.
"De nouveaux entraîneurs ont amené des innovations, mais nous avons de l'expérience. Ce qui peut être utile en cas de périodes difficiles", explique-t-il.
Et selon lui, l'Euro va être difficile, notamment car le Danemark, sans grand réservoir de joueurs, ne peut se permettre de perdre un élément sur blessure.

Mêmes ingrédients
"Evidemment, nous allons devoir être à notre meilleur niveau et nous devrons avoir nos joueurs clés en pleine forme", estime Olsen, ajoutant "qu'une bonne dose de chance sera nécessaire pour avoir du succès".
Ce fut la recette de 1992, quand les Danois avaient été repêchés à la dernière minute après l'exclusion de la Yougoslavie, en pleine guerre des Balkans: de très bons joueurs, comme l'attaquant Brian Laudrup et le gardien Peter Schmeichel, encadraient alors une équipe tentant crânement sa chance, sans aucune pression.
Vingt ans après, Olsen a les mêmes ingrédients: un gardien solide avec Thomas Sorensen (Stoke City) et ses 100 sélections, protégé par deux défenseurs expérimentés Simon Kjaer (AS Rome) et Daniel Agger (Liverpool). Devant, il confiera les clés au seul artiste de son "Gang", le milieu offensif de l'Ajax Amsterdam, Christian Eriksen.
Si le Danemark veut créer la surprise, cela dépendra en grande partie de la forme de ce meneur de jeu de 20 ans et du retour au plus haut niveau de l'ancien espoir d'Arsenal, Nicklas Bendtner, qui tarde à exploser.
Si le premier veut bien être la mèche du second, le coffre-fort Euro pourrait peut-être bien sauter.

Libé
Jeudi 31 Mai 2012

Lu 126 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs