Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le GADEM tire à boulets rouges sur le ministère de l’Intérieur et les Forces auxiliaires

Le Maroc appelé à assumer ses responsabilités en matière de migration




Le GADEM tire à boulets rouges sur le ministère de l’Intérieur  et les Forces auxiliaires
Une année après la publication du rapport de l’ONG Médecins sans frontières sur les agressions dont étaient victimes les migrants irréguliers notamment dans la région de l’Oriental, la situation demeure la même. Violence, atteinte aux droits fondamentaux, déplacements forcés et la liste est longue. C’est ainsi que la plateforme « Protection-migrants » décrit la situation des  migrants  au Nord du Maroc.  Elle accuse le ministère de l’Intérieur et les forces de l’ordre d’être derrière ces violences et des déplacements forcés de migrants opérés de manière massive depuis les présides occupés de Sebta et Mellilia vers Rabat. 
«Le département de l’Intérieur doit sortir de son silence et s’expliquer sur ce qui se passe dans les environs de Sabta et Mellilia. Il est temps de savoir qui est responsable des violations graves des droits de l’Homme qui portent atteinte à l’image du Maroc», a lancé Mehdi Aliouaa, du Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants (GADEM), lors d’une conférence de presse organisée hier à Rabat. 
Selon lui, parmi les personnes déplacées et laissées sans abri à Rabat, un nombre croissant de blessés présentant des fractures et divers traumatismes qu’ils attribuent en grande partie à des violences exercées par les Forces auxiliaires marocaines ou la Guardia civil lors de leurs arrestations. «C’est inadmissible que des cas de violence soient constatés aujourd’hui alors que des Hautes instructions Royales concernant une nouvelle politique migratoire qui accorde la priorité au respect des droits humains ont été données», a-t-il précisé.
Le président du GADEM ne mâche pas ses mots. «Qui veut nuire à l’image du Royaume avec le déplacement forcé et quotidien depuis le mois de décembre 2013 de dizaines voire de centaines de migrants dont des mineurs placés en divers lieux de la capitale et conduits dans des bus réquisitionnés par les forces de l’ordre en provenance des régions environnantes de Sebta et Mellilia?», s’est-il interrogé. Illustrant l’ampleur du phénomène, l’intervenant a rappelé la fermeture du centre d’accueil pour migrants de Caritas qui a accompagné plus de 16.000 migrants à Rabat depuis 2005 et qui a dû fermer ses portes durablement à partir du 24 mars 2014 du fait qu’il ne peut plus faire face à une fréquentation inégalée et à des situations médicales (blessés graves) dont la prise en charge dépasse ses capacités. 
«Les récits et les témoignages ne manquent pas sur les atrocités commises par certains éléments des Forces auxiliaires contre ces migrants. Il est temps pour les autorités marocaines en charge de la sécurisation des frontières de donner des instructions dans les plus brefs délais pour mettre un terme à ces violences notamment lors des interpellations, de garantir des procédures individuelles et de mettre fin au processus de déplacements forcés à l’intérieur du pays», a-t-il conclu.  
 

Hassan Bentaleb
Mercredi 16 Avril 2014

Lu 1413 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs