Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Fonds appelle à plus de réformes : La politique sociale du gouvernement pointée du doigt par le FMI




Le Fonds appelle à plus de réformes : La politique sociale du gouvernement pointée du doigt par le FMI
«Le Maroc est appelé à mettre en œuvre des réformes structurelles et d’urgence dans ces marchés des produits et du travail, dans la formation des ressources humaines et dans l’amélioration du climat des affaires». C’est ce qui ressort de la déclaration de Jean-François Dauphin qui a dirigé une mission du FMI au Maroc entre le 5 et le 18 décembre 2012, pour mener avec les autorités du pays les consultations de 2012 au titre de l’article IV des statuts du FMI et la première revue de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL).
Selon lui, si le Maroc a pu enregistrer des avancées considérables sur le plan du renforcement de la croissance et de la réduction de la pauvreté durant la décennie écoulée,  il reste encore beaucoup à «faire pour réduire le chômage, notamment chez les jeunes, et améliorer davantage les indicateurs sociaux tels que le taux d’alphabétisation et l’égalité d’accès aux infrastructures de base et aux services de santé et d’éducation».
Le chef de la mission du FMI n’en reste pas là. Il estime que les finances publiques doivent elles aussi faire objet de réformes. A ce propos, il a déclaré que malgré le fait que l’orientation budgétaire du projet de loi de Finances 2013 demeure appropriée, la viabilité des finances publiques à moyen terme passe par la mise en œuvre de réformes structurelles essentielles qui permettront également de dégager des marges de manœuvre budgétaires pour améliorer la protection sociale et investir davantage dans le capital humain et dans l’infrastructure.
A cet égard, Jean-François Dauphin a indiqué que la réforme du système de subventions est indispensable et urgente, car «le système actuel obère les ressources budgétaires et constitue un moyen inefficace de soutien aux populations dans le besoin». La réforme du système de retraites est également urgente, selon lui, pour assurer sa pérennité et préserver la viabilité des finances publiques à moyen et long termes.  Il a aussi appelé les autorités marocaines à une plus grande flexibilité du taux de change qui renforcerait la contribution des réformes structurelles au soutien à la compétitivité et à l’absorption des chocs extérieurs
Des réformes qui s’imposent, estime  Jean-François Dauphin, au regard de la conjoncture extérieure de plus en plus difficile et qui exige de renforcer la compétitivité.
D’après lui, les pressions extérieures devraient persister et une détérioration supplémentaire de l’environnement international n’est pas à exclure.
Jean-François Dauphin a également saisi l’occasion pour dresser un état des lieux de l’économie marocaine qui va connaître un ralentissement du PIB en 2012 à environ 3%, même si la croissance hors agriculture se maintenait à 4,5%. Le déficit des transactions courantes devrait dépasser 8% du PIB, bien que les réserves se soient stabilisées à environ quatre mois d’importations et le déficit budgétaire devrait diminuer pour se rapprocher de 6% du PIB grâce, notamment, à l’ajustement en juin des prix des produits subventionnés. Quant à l’inflation  et au taux de chômage, ils devraient demeurer respectivement à 1,3% et à  près de 9%.
Concernant le secteur bancaire, il a recommandé la poursuite des efforts pour améliorer l’accès aux services financiers, notamment dans les régions rurales, renforcer l’intermédiation et  contribuer à élargir l’accès au crédit, en particulier, pour les petites et moyennes entreprises.

M.N
Mercredi 19 Décembre 2012

Lu 447 fois


1.Posté par ALami simohammed le 19/12/2012 18:57
A mon avis l'état marocaine devrais faire beaucoup de réforme surtout pour les petites et moyennes entreprises se sont le vrai moteur de la croissance ,leurs données de l'aide à travaire des crédits avec un taux trés bas mais à condition que les banques marocaine seront des intermédiaires sont retirer des bénéfices à leur profit comme toujours et laisser les PME ramer dans l'infini ,plus mettre un organisme dans chaque ville qui surveille le développement de ses entreprise et le suivi pour profiter des crédits accordée.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs