Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival international du film transsaharien de Zagora opte pour «le cinéma et la tolérance»




Fidèle à son esprit, le Transsaharien creuse son chemin en ralliant les bonnes causes. Pour la douzième édition qui aura lieu du 17 au 20 décembre courant, le Festival international du film transsaharien de Zagora a opté pour « le cinéma et la tolérance ». Une manière de s’aligner sur les aspirations de la communauté internationale.
Selon un communiqué des organisateurs, cette édition sera marquée par la programmation, pour la troisième fois, d’une compétition officielle de longs métrages, représentant plusieurs pays, en l’occurrence le Maroc, la Tunisie, le Bahreïn, la Hollande, le Canada, l’Egypte, l’Iran, l’Irak, les Emirats arabes unis.
Quant au concours du scénario, il reprend les mêmes thématiques du désert et tous les sujets y afférents : eau, nomadisme, mode de vie des oasis, coutumes et mœurs, Kasbahs, changements climatiques, un thème qui occupe actuellement le devant de la scène de la société civile dans la région ...
Outre le volet compétitions, le festival consacre sa partie dédiée à la formation au profit des jeunes de la région, avec des ateliers animés par des spécialistes sur le jeu d’acteur et le reportage audiovisuel, ainsi que le film documentaire, entre autres. Le master class de cette année sera assuré par le scénariste marocain Mohamed Ariouès et portera sur l’écriture du scénario.  
Par ailleurs, les cinéphiles auront rendez-vous avec une série de films traitant la thématique majeure de cette édition, en l’occurrence la tolérance.
Le film transsaharien a pour objectifs l’affirmation du spectacle cinématographique, en tant que noble distraction et en tant que pratique culturelle, la promotion de toute innovation artistique, technique ou au niveau de la gestion du film à même d’inciter à voir un film et enfin la création d’un espace événementiel de rencontre interprofessionnelle entre les professionnels et les intervenants dans le secteur.
L’Association Zagora pour le film transsaharien espère ainsi lier à tout jamais l’image de Zagora à son ambition de devenir la cité des valeurs culturelles et humaines, d’innovation, d’ouverture, de dialogue et de tolérance.
 

Mustapha Elouizi
Vendredi 11 Décembre 2015

Lu 360 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs