Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival international d’art vidéo de Casablanca souffle sa 23ème bougie




Le rideau a été levé, mardi soir, sur la 23ème édition du Festival international d'art vidéo de Casablanca avec au programme des activités cultuelles riches et variées qui offrent un espace d'épanouissement et de formation aux étudiants et au public casablancais. Cette édition, qui s'inscrit dans le cadre du projet culturel de la Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M'sik, aspire à faire de l'action culturelle un vrai vecteur de développement de la ville de Casablanca et offre une opportunité à l'Université Hassan II pour plus de rayonnement et de visibilité nationale et internationale, a indiqué le président de l'université Driss Mansouri lors de la cérémonie d'ouverture de cette manifestation culturelle.
Le festival est un événement artistique annuel où se retrouvent les jeunes artistes et les professionnels de l'art vidéo et des nouvelles technologies du monde entier et un lieu de rencontre et d'échange entre les jeunes artistes et les professionnels marocains et étrangers, a-t-il ajouté. Cette manifestation riche et variée en activités offre une occasion pour la rencontre et la formation au profit des étudiants et des jeunes artistes qui bénéficient gratuitement de formation pointue proposée par des professionnels du monde entier, a souligné, pour sa part, le président du festival, le doyen de la Faculté des lettres, Abdelkader Gongai.
Cette 23ème édition, intitulée "Réalités virtuelles et création de nouveaux mondes imaginaires", prend une grande dimension par rapport aux éditions précédentes avec des participants venant des quatre coins du monde, a-t-il relevé, notant que cette participation d'artistes du monde entier reflète l'ouverture du festival sur toutes les expériences et sur toutes les cultures du monde.
"Au fil du temps, le festival est devenu un petit village où plusieurs artistes de nationalités apparentes, de tendances artistiques distinctes et de cultures et de religions différentes, se rencontrent pour respirer le même air, partager des idées autour de l'art, de la culture et des problèmes qui jalonnent nos sociétés contemporaines et rêver d'un monde meilleur", a fait savoir le directeur artistique du festival, Majid Seddati. "C'est un moment propice où on s'unit tous pour réduire les différences, promouvoir les valeurs de la coexistence et chanter l'hymne de la vie, de l'amour et de la paix", a-t-il ajouté.

Vendredi 28 Avril 2017

Lu 238 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs