Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival du film de femmes de Salé gagne en maturité




Elle a l'air de tenir ses promesses  cette nouvelle édition du Festival international du film de femmes qui se tient à Salé. Devenu un rendez-vous annuel, pour le plaisir du public et de la gente féminine qui y voit une opportunité  pour faire prévaloir ses mérites et ses droits à l'autopromotion. En effet, le Festival a été de bon augure pour les cinéphiles puisqu'il a permis la rénovation du cinéma Malaki qui ouvrira ses portes l'année prochaine, en plus d'autres projets qui verront bientôt le jour. Le maire de Salé a souligné lors de l'ouverture du festival que ce dernier " véhicule plusieurs activités en parallèle comme des moments très émouvants des hommages rendus à des réalisatrices ou comédiennes, dont celui de la cinéaste militante Jacky Buet, fondatrice et directrice du Festival de films de femmes de Créteil en France considérée aussi comme la marraine du festival de Salé ". Son Festival a permis, en effet, au cinéma international de  femmes de se faire connaître un peu partout dans le monde mettant au-devant de la scène de nombreuses cinéastes femmes qui travaillent pour la cause féminine.
Pour Jacky Buet, " c'était un combat et un pari pas très facile car il rêvait de placer la femme dans les postes importants de l'industrie cinématographique  ".
Un autre hommage a été rendu à l'occasion de ce rendez-vous, à une autre actrice très connue du public arabe et marocain. Il s'agit de Sawsan Badr qui n'a pu cacher son émotion pour l'accueil qui lui a été réservé et à la chaleur du public marocain.
" Je suis contente d'être consacrée au Maroc. C'est un pays que je connais et estime, d'autant plus que c'est un hommage qui vient tout juste après celui de l'Egypte, il y a quelques jours. C'est une double joie pour moi car l'hommage reste toujours une consécration pour l'artiste et son parcours. Quand un artiste est consacré dans un autre pays, il sent comme s'il était chez lui, car le fait de le choisir prouve l'amour et le respect que lui réserve le public. C'est très important pour nous les artistes ; cela représente la vraie reconnaissance de ce que nous avons fait dans notre carrière ", a souligné l'actrice égyptienne.
La ville de Salé devient ainsi une cité-phare du 7ème Art à l'instar des autres villes du Royaume qui abritent des événements cinématographiques, sauf que Salé dispose de beaucoup d'atouts qui seront exploités au fil des éditions. Les comédiens, les réalisateurs et tous  les intervenants du secteur au Maroc ont salué ce grand rendez-vous et loué les efforts des organisateurs qui ont su faire de ce Festival, en peu de temps, un lieu de rencontre et d'échange entre artistes marocains et étrangers et surtout entre les femmes du Maroc et d'ailleurs.    


PAR ABDESLAM EL KHATiB
Samedi 25 Septembre 2010

Lu 272 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs