Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le FIFM Un festival porteur de valeurs universelles




Cette quinzième édition, si elle devait porter un nom, porterait le nom d’Humanité partagée… En effet, puisque le cinéma relie les Hommes. 
Mais desquels s’agit-il? De ceux qui savent que la vie, depuis longtemps déjà, n’est plus un long fleuve tranquille. Cette quinzième édition du 
Festival international du film de Marrakech 
apporte la démonstration 
que le cinéma est un langage universel, une 
«fabrique du Commun », qui ne retire rien 
à la beauté des différences… Et s’il est bien un 
lieu, un moment qui célèbre ce que la diversité 
peut avoir de plus essentiel, de plus grand, c’est bien ici. Humanité, partage, diversité... 
de magnifiques valeurs célébrées à Marrakech. 
Ainsi le Maroc est-il ce pays qui croit, comme on croit en son histoire et en 
son avenir, que la liberté, la création, la joie 
d’inventer ensemble le cinéma de demain, 
ne sauraient trouver 
plus promise que la terre marocaine! Ici, à 
Marrakech, nous célébrons ce que le cinéma produit de plus beau, le voir-ensemble. Le vivre ensemble. 
Quel merveilleux spectacle!


Le Festival international du film de  Marrakech qui s'est ouvert vendredi dans la cité ocre, est "ce qui permet la  fusion du cinéma et de l'humanité", souligne SAR le Prince Moulay Rachid,  président de la Fondation du Festival, assurant que ce rendez-vous mondial du  7ème art continuera de donner au cinéma, l'espace où se côtoient, dans une  harmonie et une richesse incomparables, le rêve, l'art et l'engagement citoyen. Ainsi la 15ème édition du Festival international du film de Marrakech est, selon Melita Toscan du Plantier, présidente du festival, porteuse de valeurs universelles qui vont au-delà  du cinéma.
"C'est une édition particulière, faite d'échange et de solidarité", a-t-elle confié dans un entretien à la MAP, relevant qu'en dehors du cinéma, le festival  se doit de promouvoir encore plus les valeurs universelles "surtout en ce  moment avec tous ces actes de violence qu'on est en train de vivre un peu  partout dans le monde". Car, à ses yeux, "l'enjeu est de taille : il est question de représenter la  vraie image du monde musulman et d'en parler d'une façon autre que celle que  l'on entend depuis des semaines à la télévision avec tous ces événement  tragiques. "
C'est important de révéler ces vérités et de montrer à travers ce festival  qu'en terre musulmane on accueille 36 nationalités de toutes religions, et  que ces gens viennent échanger, partager et défendre des  valeurs universelles", a-t-elle souligné. L'ambiance qui règne depuis le début du festival sur la place Jemaâ El  Fna, avec toutes les stars nationales et internationales, et non des moindres à  l'instar du grand comédien américain Bill Murray, qui s'y rendent pour  rencontrer le public, illustre bien cet esprit, a-t-elle ajouté.
Elle a mis en avant à cet égard l'impact en communication que cela a sur le  monde, comme en témoignent les images relayées à travers de grands titres de la  presse internationale comme "Variety", un magazine très lu en Amérique, d'un  Bill Murray ravi devant quelque 26.000 personnes l'accueillant en dansant et en  chantant sur la célèbre place de la cité ocre. "C'est la preuve que le cinéma est un langage universel, un vecteur  important qui rassemble", a souligné la directrice du festival.  
Outre les projections sur la place mythique de Jemaâ El Fna, patrimoine  culturel immatériel de l'humanité, Mme Toscan du Plantier cite d'autres moments  forts du festival qui est d'abord doté d'"un très beau jury présidé par l'un  des plus grands metteurs en scène du monde : l'Américain Francis Ford Coppola  dont "Le parrain" reste l'un des films les plus vus au monde". "On est fier de l'avoir ainsi que les autres membres de ce jury  magnifique", a-t-elle affirmé. 
Autre temps fort, la section des hommages reste un moment incontournable de  cette édition qui a honoré pour une première l'immense Bill Murray qui "n'a  jamais accepté d'hommage auparavant dans sa vie", l'acteur américain Willem  Dafoe, le cinéaste coréen Park Chan-Wook, la star indienne Madhuri Dixit, ou  encore le directeur photo marocain Kamal Derkaoui.  
S'y ajoute l'hommage rendu cette année au cinéma canadien, avec la présence  d'une délégation impressionnante d'acteurs et de réalisateurs, conduite par un  grand maître du cinéma, Atom Egoyan qui "nous montre aussi son dernier film en  avant-première, Remember" (projeté dimanche soir au Palais des congrès après la  cérémonie d'hommage).

Un évènement à l'accent canadien

Ainsi le pays du Soleil levant, le Japon, cède le tapis rouge cette année  au Canada et à son cinéma célébré avec pas moins d'une trentaine de films  projetés en hors compétition, confortés en cela par la présence d'une  impressionnante délégation de comédiens et cinéastes du Pays de l'Erable. Conduite par l'incontournable Atom Egoyan, ce contingent éclectique et  représentatif de la vivacité d'un cinéma canadien en perpétuelle évolution, a  été accueilli par une standing ovation au Palais des congrès où le cinéaste  Egoyan a reçu l'inestimable Etoile d'Or du Festival des mains de la  réalisatrice marocaine Farida Bel Yazid. S'adressant à l'assistance, Atom Egoyan n'a pas caché son émotion pour cet  hommage qui consacre la dynamique du 7ème art canadien et l'héritage unique du  pays qui est d'ailleurs très bien retracé dans une rétrospective diffusée pour  la circonstance.
Une richesse qui émane des différentes cultures composantes de l'identité  canadienne, a-t-il poursuivi. Pour sa part, le vice-président du Festival et directeur du Centre cinématographique marocain (CCM), Sarim Al Haq Fassi-Fihri, a passé en revue les  différentes étapes et l'évolution du cinéma canadien qui a vu le jour en 1897,  au lendemain de la projection parisienne des frères Lumière.
Considéré comme l'un des réalisateurs ayant valu au cinéma canadien  d'acquérir ses lettres de noblesse, Egoyan a su s'attirer les faveurs d'une  audience internationale, avec des chefs-d'œuvre tels que "De beaux lendemains",  "Exotica" ou encore "Le voyage de Felicia".  L'enfant prodige du cinéma canadien y explore brillamment les thèmes de la  solitude d'individus aux prises avec une société aliénante. Bien que voisin d'Hollywood et profondément ancré dans la culture  nord-américaine, le jeune cinéma canadien a su imposer sa griffe grâce à  l'intégration de la pluralité linguistique et ethnique du pays et à un  développement cinématographique porté notamment par le documentaire. Et ce sont des cinéastes de renom qui y ont contribué : James Cameron  (Titanic, Avatar), David Cronenberg (Les Promesses de l'Ombre, La Mouche,  Crash, Existenz), les Paul Haggis (Collision) et Sarah Polley (Take this  waltz), pour ne citer que ceux-là. 
Quant à l'avenir du festival, Melita Toscan du Plantier le voit continuer sur sa lignée, avec le  souci de faire revenir les invités de marque qui sont déjà venus, et convaincre  d'autres à faire de même, "ce qui demande beaucoup de travail car on veut les  meilleurs et ceux-ci sont souvent occupés", reconnaît celle qui rêve encore de  faire voir à Marrakech Meryl Streep, Robert De Niro ou encore Al Pacino. "Ce  sont de grandes personnalités que je crois que les Marocains ont envie de voir  aussi", a-t-elle conclu.


DNES : Mehdi Ouassat
Mardi 8 Décembre 2015

Lu 1001 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs