Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil supérieur de l’enseignement se fait désirer et Louafa cherche à durer

Le MEN annonce le calendrier de la rentrée scolaire




Le Conseil supérieur de l’enseignement se fait désirer et Louafa cherche à durer
S’agirait-il du dernier communiqué de Mohamed Louafa, ministre de l’Education nationale encore en exercice  en dépit des démissions de ses collègues du parti de la Balance ? Rien n’est moins sûr, connaissant l’homme et les imprévus insoutenables de la politique marocaine. Il n’en reste pas moins que ledit ministre qui joue les prolongations vient de nous fixer la prochaine rentrée scolaire 2013/2014.
Ledit communiqué prévoit la rentrée dans le primaire pour le mercredi 11 septembre tant au niveau du public que celui des établissements privés. Calendrier qui sera difficilement appliqué car les écoles privées ont pris l’habitude de se fixer elles-mêmes les dates d’entrée avant même l’annonce du calendrier de la rentrée par le département Louafa.   Les élèves du  secondaire  collégial et qualifiant retrouveront les classes  le  jeudi 12 septembre. Là aussi, il faut s’attendre à des dysfonctionnements dans la plupart des établissements. Et dire que les élèves seront effectivement en classe ce jour n’est qu’une illusion. La rentrée pour les classes préparatoires des diplômes techniques supérieurs a été fixée au 16 septembre. Auparavant, les enseignants auront signé le PV d’entrée qui marque la reprise le 3  septembre. Leurs collègues de l’administration feront de même un jour avant.
A cet effet, le communiqué du ministère de l’Education nationale annonce aux parents que la deuxième phase pour les inscriptions et les réinscriptions s’étalera du 2 au 7 septembre.
Mais au-delà des communiqués et des interrogations sur le maintien du même ministre à la tête du département de l’Education ou son départ,  le grand défi de tous les acteurs est d’amorcer la réforme annoncée dans le discours Royal du 20 août 2012. Qu’a-t-on fait depuis le discours Royal ? Où en est le Conseil supérieur de l’enseignement ? Qu’en est-il de la Charte de l’éducation et de la formation? Il semble que l’actuel gouvernement n’en a cure. La situation ne fait qu’empirer et un programme de réformes bien défini avec des échéances et une feuille de route n’existent pas. On patauge dans les difficultés quotidiennes laissant la réforme dans les placards. L’enseignement est l’affaire de tous, car il y va de l’avenir de tout un pays. Tous les acteurs du secteur conviennent aujourd’hui qu’on n’est pas sur la bonne voie.
Certes, des pas ont été accomplis et réussis dans ce domaine, mais l’école publique a besoin d’une réforme qui lui permettrait d’amorcer le processus d’une mise en place d’un système éducatif à même d’atteindre les objectifs socio-économiques et éducatifs dans les 20 années à venir. Les différents acteurs sont unanimes sur la nécessité d’un changement. Il faut repenser l’école en traçant les objectifs et les horizons à atteindre loin de toute surenchère politicienne. Pour ce faire, il faut associer les concernés, à savoir les enseignants  pour l’établissement de la feuille de route qui mènera l’école vers des buts clairs et  bien définis.
Syndicats, associations des parents, administrations, enseignants et élèves ont intérêt à se mettre à table pour un débat national qui sauverait notre enseignement d’une véritable déroute. Entre autres, certaines questions prennent prioritairement le devant, à savoir la poursuite du processus de mise à niveau de l’infrastructure scolaire, la promotion de l’enseignement préscolaire, la lutte contre la déperdition, le perfectionnement de la qualité de l’enseignement et l’amélioration des techniques de communication et d’information dans le cursus scolaire.
Mais au-delà de la rentrée scolaire proprement dite, d’autres rentrées seront attendues. Il s’agira de celle du Conseil supérieur de l’enseignement qui  se fait désirer et qui aura un rôle primordial à jouer dans la préparation de la réforme qui ne doit être ni précipitée ni politisée mais posée et sereine. D’autre part, la rentrée sociale risque fort d’avoir un impact sur le déroulement de la rentrée scolaire car si le corps enseignant se dit mobilisé pour une réforme du système, il est aussi solidaire et décidé à défendre ses droits et ses revendications légitimes.

Kamal Mountassir
Samedi 27 Juillet 2013

Lu 896 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs