Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil de sécurité proroge la mission de la MINURSO sans en élargir les prérogatives

Une victoire diplomatique du Maroc qui n’exclut pas la vigilance




Le Conseil de sécurité proroge la mission de la MINURSO sans en élargir les prérogatives
Le Conseil de sécurité des Nations unies devait adopter hier une résolution prorogeant le mandat de la MINURSO jusqu'au 30 avril 2014, sans en étendre le mandat au contrôle des droits de l’Homme comme les Etats-Unis en avaient fait la proposition au « Groupe des Amis du Sahara » dont ils sont membres aux côtés de la Russie, de la France, du Royaume-Uni et de l’Espagne.
Le Conseil a néanmoins encouragé toutes les parties prenantes au dossier du Sahara à respecter ces droits et à poursuivre leurs efforts respectifs pour les promouvoir et les protéger tant dans nos provinces sahariennes que dans les camps de Tindouf en Algérie.
Depuis quelques années, les résolutions renouvelant le mandat de la MINURSO donnent lieu à débat sur cette question et l’an dernier, la résolution onusienne s’était également bornée à souligner l’importance qu’il y a à améliorer la situation de ceux-ci au Sahara et dans les camps de réfugiés de Tindouf.
L’actuelle victoire diplomatique a provoqué l’ire du Polisario qui s’est dit « dépité et déçu » par la volte-face américaine concernant l’élargissement du mandat de la MINURSO une déception d’autant plus grande que le rapport du secrétaire général des Nations-Unies a lié la question du Sahara non seulement à celle de « la montée de l’instabilité et de l’insécurité au Sahel et à sa périphérie », mais qu’elle entrave aussi « l’intégration plus poussée du Maghreb ». Aussi son Envoyé personnel s’est-il vu confier la mission de continuer à « encourager l’amélioration des relations entre le Maroc et l’Algérie » ; ce pays étant la clé véritable de toute solution définitive, praticable et mutuellement acceptée du dossier saharien.
A preuve, Ban Ki-moon a insisté sur « la nécessité primordiale de traiter le conflit du Sahara » « dans le cadre d’une stratégie plus large pour le Sahel », étant entendu que «l’intégration régionale, notamment grâce au renforcement de l’Union arabe du Maghreb, est un élément clef pour surmonter l’instabilité actuelle et récolter d’importants dividendes économiques, commerciaux et sociaux ». « J’ai bon espoir, précise-t-il, que les progrès sur ce front aideront à renforcer la confiance entre les parties et fourniront un contexte propice au règlement du conflit sahraoui ».
Il faut néanmoins savoir raison garder. En effet, la question des droits de l’Homme ne cesse d’être remise sur le métier au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies. Aussi faut-il conforter les avancées que nous avons réalisées à ce propos tout en veillant scrupuleusement à renforcer l’arsenal législatif les concernant et à faire tout ce qui est possible pour barrer la route aux ennemis de notre intégrité territoriale. Notamment en mobilisant non seulement notre appareil diplomatique, mais aussi toutes les instances spécialisées ainsi que celles dont le concours peut nous être précieux pour donner plus de dynamisme à notre diplomatie parallèle.

M.C
Vendredi 26 Avril 2013

Lu 610 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs