Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil de la concurrence tacle la HACA

Benamour prône l’ouverture du marché audiovisuel




Le Conseil de la concurrence tacle la HACA
Réviser la décision de suspendre le processus d’ouverture du marché de la télévision sur de nouvelles initiatives privées, prise par la Haute autorité de la communication et de l’audiovisuel (HACA), en février 2009, a été la principale recommandation d’une étude sur «la concurrence dans le secteur audiovisuel», que le Conseil de la concurrence (CC) a présentée mardi à Rabat.
L’étude base sa recommandation sur le fait que la majeure partie de l’audience marocaine va vers les chaînes étrangères. En effet, elle relève qu’en février dernier, 2M a canalisé 24,4% de parts d’audience, les chaînes de la SNRT un peu plus de 13% et Médi1 TV 7,8%, alors que 60% de l’audience marocaine est allée vers des  chaînes étrangères.
Ladite étude a aussi constaté que «le secteur de la communication télévisuelle et radiophonique est doté d’une législation qui a favorisé sa libéralisation et qui incite au pluralisme et à la multiplicité de l’offre et donc à la concurrence», mais les faits sont autres.  Selon le rapporteur général du Conseil, Khalid Bouyachi, qui s’exprimait hier sur les ondes d’Atlantic radio, «les expériences privées de chaînes telles que 2M et Medi1 TV (ex-Médi 1 Sat) se sont avérées être  des échecs. Ce qui a conduit l’Etat à intervenir pour renflouer les caisses de ces deux chaînes».  Ce qui induit à un retour de l’Etat dans le secteur. Selon la même source, «finalement ces deux chaînes sont devenues, de nouveau, des chaînes publiques». En matière de TV, on est revenu à la case de départ, c’est-à-dire à un monopole de l’Etat. Cela étant, l’étude a relevé l’existence de plusieurs obstacles qui entravent l’accès au marché et plus précisément à celui de la télévision, décourageant les intentions d’investissement et bloquant de ce fait le développement de la concurrence du secteur.
Le Conseil  a réfuté, par ailleurs, les raisons avancées à l’époque, qui avaient trait notamment à  la dégradation de la situation du marché publicitaire, en indiquant qu’il s’agit d’un faux argument.
Grosso modo, le conseil a mis l’accent sur la nécessité voire l’obligation de libéraliser le secteur télévisuel pour réorienter une plus grande partie de l’audience vers les chaînes nationales. Suivant ainsi le même chemin que la radio qui ne cesse de se développer depuis 2006, l’année d’ouverture du marché radiophonique au secteur privé. «On a assisté à l’ouverture et au développement du secteur grâce à l’initiative privée», a conclu Bouyachi à ladite radio.

Mohammed Taleb
Jeudi 26 Septembre 2013

Lu 607 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs