Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil de la concurrence est passé d'un organe consultatif à une autorité décisionnelle




Le Conseil de la concurrence  est passé d'un organe consultatif  à une autorité décisionnelle
La nouvelle loi réglementant l'action et le mandat du Conseil de la concurrence a transformé le Conseil d'un organe consultatif en une autorité décisionnelle, a affirmé, récemment  Casablanca, le président de cette instance, Abdelali Benamor. 
Intervenant lors d'une rencontre de communication organisée par la Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc, M. Benamor a indiqué que cette loi, qui est en phase avec ce qui se passe à l'échelle internationale dans ce domaine, confère au Conseil l'entière responsabilité en ce qui concerne les questions de concurrence et fait de lui un organisme indépendant jouissant d'un droit décisionnel et d'auto-renvoi et de l'autorité d'initier des enquêtes. Des pouvoirs, a-t-il expliqué, qui lui donnent le plein droit de prendre des décisions concernant toutes les questions relatives à la réglementation de la concurrence, en vue d'assurer l'équité, la transparence et la concurrence loyale de l'économie nationale.
M. Benamor a de même souligné que la nouvelle loi, ainsi que la loi sur "la liberté des prix et de la concurrence" contribueront indubitablement à la consolidation des règles de la libre concurrence, ce qui va se refléter positivement sur le consommateur et le comportement des acteurs économiques, comme il stimulera la compétitivité du tissu économique national et le climat des affaires.
Dès lors, le pari aujourd'hui est la capacité du Conseil à contrôler la dynamique du marché, à faire prévaloir l'éthique de la concurrence loyale et à réduire les cas de non-respect des conditions de cette concurrence, en partant d'une analyse détaillée de la réalité de la concurrence sur le marché national et du contrôle des pratiques illégales de la concentration économique et de monopole, soutient le président du Conseil de la concurrence.
Compte tenu des pouvoirs qui lui sont conférés, relève M. Benamor, le Conseil œuvrera à la lutte contre la violation des règles de pratiques concurrentielles et les abus de positions dominantes, des actions qui peuvent être émises aussi bien par les entreprises privées que par celles publiques à vocation commerciale. Le Conseil incitera également les entrepreneurs et les pouvoirs publics à éviter de recourir à des pratiques anticoncurrentielles, comme il poussera l'Etat à respecter les règles de concurrence, a-t-il dit.
Et de faire connaître que depuis sa création, le Conseil a mené des activités de sensibilisation pour la diffusion de la culture de la concurrence, à travers l'organisation de séminaires et de conférences, en plus de l'achèvement des études sectorielles et des demandes d'avis demandées par le gouvernement, les commissions parlementaires, les associations de défense des consommateurs, le système judiciaire, les organisations et les Chambres professionnelles.

Lundi 2 Mars 2015

Lu 1008 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs