Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Canada s’interroge sur ses enfants attirés par le Jihad


La présence de deux Canadiens parmi les membres du commando d’In Amenas pose un cas de conscience



Le Canada s’interroge sur ses enfants attirés par le Jihad
Choqué par la découverte que deux jeunes provinciaux ordinaires aient préféré le jihad et la mort lors d'une prise d'otages en Algérie à la vie tranquille dans leur pays prospère, le Canada s'interroge sur les raisons qui les y avaient poussés.
La présence de deux Canadiens parmi les membres du commando islamiste ayant attaqué le 16 janvier le site gazier algérien d'In Anemas avait été révélée par Alger dès le dénouement sanglant ayant fait 67 morts, 38 otages et 29 assaillants.
Mais dans un premier temps le mutisme complet des autorités canadiennes a affaibli l'impact de cette information sur l'opinion.
Ce sont les révélations en série des deux chaînes publiques, Radio-Canada et CBC, sur l'identité des deux preneurs d'otages morts, Ali Medlej, 24 ans, et Xristos Katsiroubas, 22 ans, et de leur camarade Aaron Yoon, 24 ans, dont on sait seulement qu'il se trouve actuellement en prison en Afrique du Nord, peut-être en Mauritanie, qui ont fait monter l'intérêt du public.
Les deux Canadiens se seraient fait sauter dans l'explosion d'une bombe puissante qui avait tué les derniers otages en vie, lors de l'assaut final des forces algériennes.
Mais les recherches des médias n'ont pas permis de retracer l'itinéraire de ces jeunes gens, certes d'origines diverses, mais faisant partie de la classe moyenne canadienne et vivant dans un quartier tranquille, jusqu'à leur rupture avec leurs familles respectives, il y a quelques années.
Car les deux jeunes de London, en Ontario, qui ont fréquenté ensemble une école secondaire, sont partis tout récemment, apparemment en 2011 ou 2012, la police se refusant à fournir une date. Et c'est au Canada que Xristos Katsiroubas, élevé dans une famille grecque orthodoxe, s'était converti à l'islam. Tout comme son camarade d'école Aaron Yoon, issu d'une famille catholique d'origine coréenne.
Ce dernier aurait été arrêté avant l'attaque d'In Anemas et ses liens avec les deux membres du commando restent inconnus.
La radicalisation des autres serait-elle due à une crise d'adolescence, voire un conflit entre certaines tentations et l'islam?

AFP
Samedi 6 Avril 2013

Lu 168 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs