Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CGN dément son retrait des pourparlers inter-libyens à Skhirat


Réels espoirs de parvenir à un accord avant le 20 septembre



Le président de la délégation du Congrès général national (CGN) aux pourparlers inter-libyens de Skhirat, Awad Abdessadek a démenti, samedi, les allégations laissant entendre le retrait du CGN des sessions du dialogue.
Awad Abdessadek a, toutefois, fait part de "l'attachement" du CGN aux amendements qu'il a apportés à l'accord paraphé en juillet dernier à Skhirat, soulignant que "l'ébauche de l'accord sera discutée à nouveau et inclura ces modifications".
"Nous rassurons tous les Libyens que les amendements seront intégrés à l'accord et que le CGN est toujours présent à Skhirat et parviendra à une solution bientôt", a-t-il poursuivi.
La délégation du CGN, absent lors des deux derniers rounds du dialogue à Skhirat, a discuté avec le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye Bernardino Leon, lors des deux derniers jours, l'ensemble des amendements proposés, a-t-il indiqué, assurant que les "négociations ont franchi plusieurs étapes, mais quelques points restent en suspens". Abdessadek a, d'autre part, émis l'espoir de parvenir, aujourd'hui, à un accord au sujet des amendements.
Les séances des pourparlers politiques inter-libyens, qui se déroulent sous les auspices de la Mission d'appui de l'ONU en Libye (MANUL), ont repris, samedi dans l'après-midi à Skhirat, dans la banlieue de Rabat.
Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye et chef de la MANUL, Bernardino Leon a réaffirmé, jeudi, la nécessité de parvenir à un accord avant le 20 septembre courant.
Les pourparlers de paix inter-libyens au Maroc ont enregistré des progrès depuis leur reprise jeudi avec l'accord des protagonistes sur plusieurs points en litige, ont affirmé des participants à l'AFP.
Les deux points en suspens portent notamment sur qui désignera les responsables à des postes militaires ou de souveraineté lors de la période intérimaire, ont indiqué des sources concordantes qui ont fait état d'intenses consultations entre les participants pour boucler ces négociations avant le 20 septembre.
La manière de désigner les membres du Haut conseil d'Etat continue aussi de poser problème.
L'objectif de l'émissaire onusien pour la Libye est de finaliser au Maroc l'accord politique sur la mise en place d'un gouvernement d'union nationale afin que ce document soit signé le 20 septembre à Genève, alors que débutera l'Assemblée générale annuelle des Nations unies à New York.
L'ONU cherche depuis plusieurs mois à faire progresser les négociations en vue d'un accord sur un gouvernement d'union pour mettre fin au conflit en Libye, pays miné par les rivalités politiques.
Ce pays fragmenté est de plus confronté à l'émergence du groupe Etat islamique (EI), qui tient notamment la ville de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli.
Dans le chaos libyen, les 1.700 kilomètres de côtes permettent en outre à des passeurs de profiter des milliers de migrants qui rêvent de rejoindre l'Europe à tout prix et dont les voyages sur la Méditerranée se terminent parfois en drame.

Lundi 14 Septembre 2015

Lu 554 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs