Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CESE plaide pour la création d'un «minimum vieillesse»

Adoptionà Rabat du rapport sur la situation des personnes âgées




Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a plaidé pour l’élaboration d’une  politique publique intégrée de protection des personnes âgées, dotée des moyens  d'accompagnement et d'évaluation, laquelle politique prend en considération leurs droits en  termes de dignité, de participation et d'inclusion sociale.
Réuni récemment à Rabat, dans le cadre de sa 53ème session ordinaire, le CESE a appelé à généraliser la retraite dans le cadre  de la réforme globale des régimes de retraite, à assurer l'extension de la sécurité sociale et de la couverture médicale aux personnes âgées, notamment au  profit de celles aux revenus modestes, proposant pour ces dernières la création  d'un «minimum vieillesse» dans le cadre du fonds de cohésion sociale, a noté la MAP.
Considérant que le maintien au sein de la famille des personnes âgées doit être privilégié chaque fois que cela est possible et que la prise en  charge totale en institution ne doit être que le dernier recours, le Conseil a de ce fait recommandé de soutenir le placement familial en milieu rural, au profit des  personnes âgées sans liens familiaux ou en situation d'abandon.
Au cours de cette assemblée, le Conseil a aussi recommandé la mise en place de structures d'accueil adaptées, la formation d'aidants-familiaux spécialisés, le développement de la gérontologie  et la gériatrie et la mise en place de prestations d'accueil de jour au profit  des personnes âgées.
Parmi les autres propositions faites lors de cette rencontre, le Conseil a prôné  la révision des lois relatives aux constructions de manière à garantir l'accès, la sécurité et la circulation  des personnes âgées; suggéré l’organisation d’une journée de réflexion et d'évaluation de la situation des personnes âgées au Maroc, en marge de la Journée internationale des personnes âgées (célébrée 1er octobre de chaque année) et appelé à  soutenir et accompagner les personnes âgées résidant à l'étranger en entreprenant auprès des  gouvernements des pays d'accueil la révision des conventions bilatérales ayant  trait aux droits des MRE (en matière de santé, de logement, de  couverture socio-médicale et de transfert de la pension de retraite en cas de  retour dans leur pays d'origine).
Il est à souligner qu’au cours de sa 53ème session, présidée par Nizar Baraka, le Conseil économique, social et environnemental a adopté à l'unanimité son rapport sur la situation des personnes âgées.  Précisons qu’il s’agit d’une auto-saisine élaborée par la commission permanente en charge des affaires sociales et de la solidarité du CESE.
Mais avant d’en arriver aux recommandations, le Conseil a d’emblée examiné les différentes questions liées à la situation des personnes âgées au Maroc, constatant que 10% de la population marocaine a plus de 60 ans et que le vieillissement croissant de la population pose plusieurs défis.
Le CESE a relevé lors de cette session que seul 1/5ème des personnes âgées dispose d'une couverture sociale et médicale, que la majorité n’a pas accès aux soins et que la dépendance physique et financière des personnes âgées n’a cessé d’augmenter dans un contexte où la prise en charge de ces dernières dans le cadre familial est menacée, notamment par la nucléarisation croissante des ménages.
Poursuivant son analyse de la situation, le Conseil a également estimé que l'aménagement actuel de l'espace public urbain est inadapté dans ce sens qu’il ne favorise ni la mobilité, ni une vie sociale  épanouie pour les personnes âgées. Il a ainsi mis à l’index le système de transport et de transit qui est inapproprié, l’état des trottoirs, les toilettes publiques, les bancs dans les parcs et  les grandes artères et nombre de loisirs, entre autres.
Le CESE a également mis l'accent sur l'inadéquation des infrastructures des  centres d'accueil aux spécificités des personnes âgées ainsi que le manque de  qualification et de motivation de leur personnel.
Précisons que les grandes lignes du projet de budget 2016 du  Conseil ont été présentées et adoptées lors de cette assemblée.
Selon les projections démographiques du Haut-commissariat au plan (HCP), l’effectif des personnes âgées de 60 et plus s'accroîtrait entre 2004 et 2030 au taux de 3,5% (contre 0,9% pour l'ensemble de la population) atteignant 5,8 millions en 2030, soit 15,4% de la population totale contre 8,1% en 2004.
«Cet accroissement fulgurant est porteur de maints défis dans un pays qui fut toujours marqué par la jeunesse de sa population. Parmi ces défis figurent la problématique du financement des retraites et celle de la protection sociale et de la couverture médicale des personnes âgées», a précisé Ahmed Lahlimi Alami, Haut-commissaire au plan, lors de la présentation des conclusions de l’enquête nationale sur les personnes âgées (ENPA) réalisée par le HCP en 2006.
Rappelons que l’objectif de cette étude, menée auprès de 3000 personnes âgées de 60 ans et plus, était d’approfondir la connaissance de cette catégorie de la population afin d'éclairer les différents intervenants dans le domaine des politiques en faveur des personnes âgées. Si les personnes âgées sont loin d'être livrées à elles-mêmes ou d'être abandonnées par leurs enfants et proches, cette enquête a toutefois souligné la vulnérabilité de cette catégorie de la population, soulignant qu’elle est faiblement couverte par un régime de retraite ou une assurance-maladie.
A ce propos, Ahmed LahlimiI Alami a expliqué que «16% seulement bénéficiaient, en 2006, d'une pension de retraite et 13% d'une assurance maladie». Pour le Haut-commissaire, «cette situation est d'autant plus inquiétante que la prévalence des maladies, qui augmente avec l'âge, est importante chez les personnes âgées. Près de 59% souffrent d'au moins une maladie chronique aiguë et 31% sont frappées d'incapacités physiques qui les empêchent de s'acquitter des tâches de la vie quotidienne».
Quoi qu’il en soit, assure le HCP, «comparés au reste du monde et aux pays développés, les Marocains âgés de 60 ans et plus vivent rarement seuls : 6,8% au niveau national (8,9% en milieu urbain et 4,4% en milieu rural) contre 14% au niveau mondial et 24% dans les pays développés».
Selon les résultats de l'enquête, les maladies déclarées dont souffrent de manière chronique les personnes âgées enquêtées sont, par ordre décroissant: les affections articulaires (33,3%), les maladies oculaires (14,6%), les maladies cardio-vasculaires (9,6%), le diabète (7,8%), les pathologies neurologiques et psychiatriques (6,8%) et les maladies respiratoires (6%).
 

Alain Bouithy
Mercredi 2 Septembre 2015

Lu 1019 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs