Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CCM et le ministre de la Communication à couteaux tirés : Le PJD fait son cinéma




Driss Benali, professeur d’économie à l’Université Mohammed V, a un nouveau job. Il vient d’être nommé à la tête de la Commission d’aide à la production cinématographique, chargée d’accorder des fonds d’aide aux films longs et courts métrages avant et après production, présentés par les sociétés marocaines de production. Il sera épaulé dans sa nouvelle mission par le dramaturge Abdelkrim Berrechid, l’animatrice TV Fatima El Ifriqi, la journaliste Sabah Ben Daoud, le journaliste et critique cinématographique Ali Hassan, le producteur Idriss Tahiri et le chercheur Mohamed Belfkih. S’y ajoutent Hicham Regragui, Thami El Hajaj, Hicham Syabri et Tariq Khalami.
Pourtant, cette nomination  est loin de faire l’unanimité et suscite même un certain nombre de questions chez les professionnels du secteur. C’est le cas de l’acteur et metteur en scène, Mohamed Kaghat qui a considéré l’arrivée de Driss Benali au poste du président de ladite commission comme « une véritable surprise » et les critères qui ont guidé le choix du ministère de la Communication comme une « véritable énigme ». « Si l’homme est certes  connu pour ses compétences et ses travaux de recherche dans le domaine économique, on se demande ce qu’il peut faire à la tête de cette commission. Je crois qu’on a droit à des explications de la part du ministère de la tutelle ».
De son côté, la réalisatrice Farida Bourquia a qualifié cette prise de fonction de décision «inattendue» et indiqué qu’elle « suscite beaucoup d’interrogations ». « Personnellement,  je ne connais pas M. Benali et on ne s’est jamais rencontré auparavant. Mais  sa nomination a vraiment surpris beaucoup de gens. Tout au long de la journée, j’ai reçu plusieurs appels m’interrogeant sur cette nomination», nous a-t-elle déclaré.
Mme. Bourquia pense que l’équipe mise en place aura pour mission  de moderniser le travail de cette Commission sans pour autant révolutionner son  mode de fonctionnement. Des propos qui irritent M. Kaghat qui estime que « mettre de l’ordre dans le domaine de l’art n’est pas du ressort du gouvernement » et que « la politique et l’art ne font pas souvent bon ménage ».
Pourtant, d’autres professionnels contactés par Libé ont préféré jouer la prudence.  Ils estiment qu’il est trop tôt pour se prononcer sur cette nomination. Le réalisateur Yassine Fanane,  fait partie de cette catégorie. Il pense qu’ « il ne faut pas trop se focaliser sur Benali, car il y a d’autres gens compétents qui composent la Commission en question ». D’après lui, « il faut donner un peu de temps à cette équipe avant d’en juger l’expérience ». Même appréciation du côté de Hassan Benjelloun, réalisateur, qui croit que « Benali et les gens qui composent la Commission sont des personnes qui ont des compétences et des connaissances dans le domaine du cinéma » et qu’ « ils peuvent mener à bien leur mission ».
Pour sa part,  le critique Toufik Nadiri, a considéré que « la désignation de Benali n’est pas fortuite car plusieurs noms ont été avancés     avant que son nom ne soit choisi au final ». « Cette décision, précise-t-il, traduit la volonté du nouveau gouvernement d’instaurer les règles de la bonne gouvernance, notamment celles de la bonne gestion des ressources financières. Ce choix s’inscrit également dans un processus de réforme et de modernisation des mécanismes de soutien et d’octroi des fonds à la production cinématographique ». 
Selon lui, Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication,  « veut rompre avec les anciennes méthodes d’aides fondées sur le clientélisme et le favoritisme, en mettant en place, une  approche dite de « plaidoyer » consistant à permettre aux porteurs de projets de les présenter et de les défendre dans un souci d’efficacité et d’optimisation de la sélection de films ».
M. Nadiri estime que cependant « cette nomination est révélatrice d’un conflit implicite entre le ministère de la Communication et le Centre cinématographique marocain (CCM). Car le choix du président n’a pas été de tout repos. Le ministère de tutelle et le CCM ont chacun défendu sa liste de noms avant que le ministre ne gagne la manche ».
Notre source estime que « ce conflit va transparaitre prochainement  sous d’autres facettes ». Car, selon lui, « il y a une vraie divergence au niveau de la conception et des références qui sous-tendent leur vision du cinéma marocain ». « Les deux parties sont en train de se disputer pour avoir le leadership sur le septième art au Maroc », nous a-t-il confié.

Hassan Bentaleb
Jeudi 22 Mars 2012

Lu 1087 fois


1.Posté par futurbarbu le 23/03/2012 08:16
On ne sait pas de qui dépend 2M qui émet le feuilleton turc "matansanich"=ne m'oublie pas,où dans un épisode khouloude , fille de pere qui l'avait maltaitée ,s'est saisie d'un fouet pour tabasser ce meme père ,scène horrible d'une fille qui frappe son père ,contraire à la culrure marocaine .Où est donc la vigilence pour supprimer une telle scène? ou bien 2M montre aux enfants l'exemple à suivre ?
Dans un autre feuilleton marocain "Houssine et Safia",projeté pendant le dernier Ramadan,safia candidate qui tente de tricher à l'examen du bac a été tres impolie avec le surveillant à l'examen .Est ce que ça suffit pour réveiller 2M .
Un autre exemple de "sabahiates " où une animatrice parlant de régimes alimentaires pour les malades ,conseille au malade de consulter un medecin musulman avant de rompre le jeun ,pourquoi donc un medecin musulman et non un médecin tout court!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs