Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CCM déclare la guerre au piratage




Le CCM déclare  la guerre au piratage
Après avoir lancé,  le 13 janvier dernier, à Meknès, une opération de lutte contre le piratage, la plus importante menée au cours des trois dernières années, et qui s'est soldée par la saisie de plus de 15.000 DVD piratés et l’arrestation de 5 fournisseurs, le Centre cinématographique marocain (CCM) a initié une nouvelle opération à El Jadida, en collaboration avec le Bureau marocain des droits d'auteur  (BMDA) et la Chambre marocaine des distributeurs des programmes audiovisuels.  Dans le cadre de ladite opération, menée sur instructions du procureur du  Roi, la police judiciaire a procédé à la saisie de plus de 6000 DVD  contrefaits. «A l'instar de cette opération d'envergure, d'autres descentes sur les lieux de vente ont été récemment organisées dans plusieurs villes du Royaume, dans l'objectif de déstabiliser les filières commerciales illégales », indique un communiqué du Centre cinématographique marocain, relevant que des actions similaires seront menées également par le CCM dans d'autres régions du Royaume. «Ces opérations de lutte contre le piratage visent à protéger la créativité et l'industrie cinématographique et à faire respecter la législation en matière de droits d'auteur et de propriété intellectuelle», ajoute la même source. 
«La campagne menée à Meknès est effectivement l’une des plus importantes campagnes effectuées par le CCM durant ces dernières années. Elle s’inscrit dans la continuité de la stratégie de lutte contre la piraterie engagée par le CCM. Il devient de plus en plus urgent et impératif de lutter contre ce fléau qui porte atteinte à l’industrie cinématographique et aux droits de la propriété intellectuelle », précise Sarim Fassi Fihri, président du CCM, dans un entretien accordé au site «Huffpostmaghreb». 
Concernant les sanctions et peines encourues par les cinq personnes arrêtées, et qui se trouvent actuellement entre les mains de la justice, Fassi Fihri explique que «l’article 14 de la loi 17-94, relative aux activités de production, d’édition, d’importation, de distribution, de reproduction et d’exploitation des vidéogrammes destinés à l’usage privé du public, renvoie aux dispositions des articles 575 à 579 du Code pénal qui prévoit, en plus des amendes et de la confiscation du matériel trouvé chez le prévenu, des peines privatives de liberté».
Il est à rappeler que la stratégie adoptée par le CCM repose sur trois principaux axes, à savoir la sensibilisation et la promotion d’une culture de respect des droits d’auteur, la coordination entre les différents départements concernés (ministères, administrations et organisations professionnelles et artistiques), ainsi que la répression.  Et ce dans le but de lutter contre cette mauvaise pratique et ses retombées néfastes en termes de recettes fiscales et parafiscales, ainsi que le préjudice matériel et moral causé aux créateurs, et ce sans oublier la prolifération du secteur informel et autres réseaux illicites.






Mehdi Ouassat
Lundi 2 Février 2015

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs