Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Bénin préoccupé par la situation humanitaire dans les camps de Tindouf

Soutien à l’initiative marocaine d’autonomie




Le Bénin préoccupé par la situation humanitaire dans les camps de Tindouf
Le Bénin a qualifié lundi au siège des Nations unies à New York, le plan marocain d'autonomie au Sahara de «pertinent» et appelé à accorder une attention à la «situation humanitaire» dans les camps de Tindouf, en Algérie.
«L'initiative marocaine d'autonomie constitue, à n'en point douter, une base de négociation sérieuse et constructive pour aboutir à une solution négociée», a affirmé l'ambassadeur du Bénin à l'ONU, Jean-Francis Zinsou, devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale de l'ONU. «L'initiative marocaine et le plan y afférent, en plus de leur pertinence, ont le mérite d'ouvrir les portes de sortie de la situation de blocage actuel, constaté par tous y compris par les Nations unies», a poursuivi l'ambassadeur béninois.
Le Bénin est «d'autant plus renforcé dans ses convictions que cette initiative marocaine est considérée par le Conseil de sécurité comme une base sérieuse et crédible pour un règlement politique négocié de la question» du Sahara, a ajouté le diplomate, estimant qu'il s'agit «d'une approche dans laquelle chaque partie trouvera son compte et qui met les populations de la région au centre de toutes les préoccupations».
 L'ambassadeur, qui a rendu «hommage» à l'ancien Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, Peter Van Walsum et s'est félicité des efforts déployés par l'ONU, en particulier le Secrétaire général, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité (CS) en vue du règlement de cette question, a, en outre, estimé que la situation humanitaire «dans les camps de Tindouf» devra «continuer de retenir l'attention», saluant l'«appel lancé par le CS et réitéré dans la résolution 2099 (avril 2013), sur la nécessité de continuer à œuvrer pour la réalisation de l'enregistrement des populations dans les camps de Tindouf».
Le règlement de la question du Sahara est «essentiel pour l'Afrique, car l'Afrique a besoin de cultiver la paix et la concorde à l'échelle continentale», chose que «contrarie, a-t-il regretté, la persistance depuis 1976 d'une situation qui freine considérablement le développement de la coopération régionale, ralentit la construction de l'Union du Maghreb (UMA) et constitue un handicap non négligeable au renforcement de l'intégration et de l'unité africaine, au moment où l'Afrique a plus que jamais besoin de tous ses filles et fils pour faire face avec efficacité aux problèmes et défis liés au chômage, à la pauvreté et au développement durable», a-t-il dit.

MAP
Mercredi 9 Octobre 2013

Lu 640 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs