Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Barça sonné, le Real au sommet




Le Barça sonné, le Real au sommet
Le FC Barcelone, déjà groggy après sa défaite dans le clasico, a été assommé samedi par le Celta Vigo (0-1), abandonnant la première place provisoire du Championnat d'Espagne au Real Madrid, vainqueur de Grenade (4-0), juste devant l'Atletico, tombeur de Cordoue (4-2). Leader avant cette 10e journée, le Barça (22 pts) est désormais devancé par le Real (24 pts) et l'"Atleti" (23 pts). Et le club blaugrana n'est même pas assuré de rester sur le podium à l'issue de ce week-end: Séville (22 pts) peut être premier en solitaire en cas de succès contre l'Athletic Bilbao et Valence (20 pts), en visite à Villarreal, pourrait également s'inviter dans le trio de tête.
Au Camp Nou, un but de Joaquin Larrivey après une belle talonnade de Nolito (55) a suffi au Celta pour décrocher sa première victoire depuis plus de 70 ans sur la pelouse du Barça, qui a tout essayé et touché quatre fois les montants adverses.
Neymar a notamment heurté deux fois la transversale (11, 47) et Luis Suarez, pour son premier match officiel au Camp Nou après son retour de suspension, a trouvé les gants du gardien Sergio Alvarez sur une tête à bout portant (70) puis une frappe surpuissante (85).
Quant à Messi, qui avait besoin d'un but pour devenir co-meilleur buteur de l'histoire de la Liga à égalité avec le mythique Telmo Zarra (251 buts), il a joué de malchance: sur un une-deux avec Neymar, sa frappe instantanée a été sortie par le gardien galicien (31) puis son tir qui prenait le chemin du but a été dégagé sur la transversale par un défenseur (33).
Malgré la pression du Barça, malgré une pluie d'occasions catalanes en fin de match, malgré un coup franc de Messi sur la barre, rien n'y a fait. Au terme de ce match raté, le Barça a enchaîné une deuxième défaite consécutive, s'est enfoncé dans le doute et a fait un beau cadeau à ses rivaux madrilènes au classement.
Benzema et Griezmann, fête nationale    
Pour le Real et l'Atletico, c'était la fête nationale des Français: le club merengue s'en est remis à un but et deux passes décisives de Benzema, tandis que son voisin "rojiblanco" est venu à bout du promu Cordoue à domicile grâce au premier doublé de Griezmann avec son nouveau club.
A Grenade, Benzema a été partout: il a passé la balle en retrait pour l'ouverture du score de Cristiano Ronaldo (2), il a décalé d'une aile de pigeon James, buteur d'une magnifique demi-volée (31) et il a lui-même alourdi le score après une talonnade splendide de "CR7" (54). Enfin, il a été impliqué sur le dernier but, inscrit à bout portant par James (86). 
Ce Real-là, même privé de Gareth Bale sur blessure, est une machine: sur ses 11 derniers matches toutes compétitions confondues, la "Maison blanche" a inscrit 46 buts et n'en a encaissé que sept. En outre, Ronaldo est largement en tête du classement des buteurs de Liga avec 17 buts.
Côté Atletico, c'était le jour de Griezmann: vendredi, l'entraîneur Diego Simeone avait piqué au vif le jeune attaquant de 23 ans en conférence de presse, disant attendre de lui qu'il devienne "un homme".
La recrue la plus onéreuse des "Colchoneros" à l'intersaison (30 millions d'euros) a répondu en ouvrant la marque d'un tir détourné par un adversaire (44) puis en redonnant l'avantage aux Madrilènes de la tête (58) après l'égalisation sur corner de l'Algérien Nabil Ghilas, auteur d'un doublé en fin de match (88). Mario Mandzukic (62) et Raul Garcia (81) ont inscrit les deux autres buts madrilènes. "Je connais de mieux en mieux mes partenaires et vice-versa. Les choses sont en train de s'améliorer", s'est réjoui l'attaquant français, heureux de sortir enfin d'une période d'adaptation compliquée.


Luis Enrique en rogne

L'entraîneur du FC Barcelone Luis Enrique s'est dit "en rogne" après la défaite contre le Celta Vigo, à l'issue d'une semaine entamée par un revers dans le clasico face au Real Madrid (3-1) et qualifiée ironiquement de "sympathique" par le technicien samedi.
"Je ne suis pas préoccupé", a-t-il assuré en conférence de presse. "Si certains aspects dans l'attitude des joueurs ne m'avaient pas plu, je le serais. Mais je suis en rogne, tout comme eux, de n'avoir pas pu concrétiser ce match, ce qui nous aurait fait du bien pour changer notre dynamique cette semaine."
Face au Celta, qu'il entraînait la saison passée, le technicien asturien a expliqué la défaite du Barça par son manque de réussite dans la finition, avec notamment quatre frappes sur les montants.
"Il y a sûrement eu des erreurs à rectifier mais il y a aussi des choses à renforcer, comme l'attitude des joueurs, leur foi jusqu'à la dernière minute. C'est un sport capricieux, qui récompense celui qui met le ballon au fond", a fait valoir Luis Enrique. "Nous n'avons pas su concrétiser, et si tu ne le fais pas, tu souffres. Le football récompense celui qui est efficace et nous ne l'avons pas été."

AFP
Lundi 3 Novembre 2014

Lu 417 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs