Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le BP de l’USFP interpelle les autorités judiciaires




Le BP de l’USFP interpelle les autorités judiciaires
Solidarité indéfectible avec les femmes, les intervenants politiques 
et les intellectuels qui ont été la cible des campagnes apostasiques
 
Les déclarations dédaigneuses d’un député PJD à l’encontre des Amazighs 
constituent une incitation à la haine
 
Le Bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) a tenu lundi 30 décembre 2013, sa réunion ordinaire, avec à l’ordre du jour plusieurs questions politiques et organisationnelles. 
Dans ce cadre, le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, a passé en revue les questions d’actualité qui ont occupé récemment le devant de la scène politique, notamment la méthodologie arbitraire adoptée par le gouvernement dans le processus d’approbation de la loi de Finances 2014. Sans permettre à  l’institution législative de jouer pleinement son rôle en vue de pallier les dysfonctionnements qui risquent d’avoir  des retombées néfastes sur les conditions économiques et sociales.
Le Premier secrétaire a également mis l’accent sur la campagne  à caractère terroriste et excommunicateur menée par le Mouvement de l’unicité et de la réforme (MUR), relayée par certains obscurantistes, ainsi que les graves répercussions de ces campagnes sur l’Etat et la société. 
Lachguar s’est, par la suite, félicité du franc succès ayant marqué le 7ème Congrès des femmes ittihadies, faisant remarquer le degré de conscience, d’organisation, ainsi que la profondeur des questions débattues lors de cette rencontre féminine usfpéiste. Avec une importante participation de potentialités féminines, ce rendez-vous militant a été couronné d’importants résultats sur les plans organisationnel, politique et intellectuel. 
Pour leur part, les membres du Bureau politique ont adressé leurs salutations militantes au 7ème Congrès des femmes ittihadies, et loué toutes les potentialités ayant assuré sa réussite. Ils ont également souligné que les positions prises par ce congrès, que ce soit au niveau du slogan, de la plateforme ou dans la déclaration finale, réaffirment et actualisent les revendications du mouvement des femmes ittihadies, qui étaient enclenchées  au début des années 70. Un renouveau portant à la fois sur les revendications relatives à la participation politique de la femme, l’égalité et l’équité, la révision des interprétations  réactionnaires et rétrogrades de certains textes religieux, des traditions et coutumes sociales, consacrant l’infériorité et l’humiliation de la femme dans la société. 
Dans ce contexte, les membres du BP ont exprimé leur solidarité avec les femmes, les politiques et les intellectuels ayant fait l’objet de cette campagne excommunicatrice abjecte, orchestrée par les chefs du MUR, qui font agiter certains obscurantistes à leur obédience. 
A ce propos, le BP a affirmé que les déclarations des chefs de ce mouvement, leurs accusations d’apostasie et d’athéisme à l’endroit de l’USFP, ses symboles et ses femmes militantes, ainsi que les insultes proférées à l’encontre des institutions religieuses au Maroc, diffusées sur le réseau Internet, sont qualifiés de crimes, selon la loi marocaine. Le BP souligne, à cet effet, que les autorités judiciaires doivent assumer pleinement leurs responsabilités, à travers la poursuite des auteurs de ces accusations, conformément aux lois en vigueur, afin de garantir la protection de la société et dédommager et réhabiliter les victimes de ces graves accusations qui portent atteinte à leur honneur, leur dignité et leur intégrité physique. 
Le BP n’a pas omis d’examiner les retombées de cette campagne abjecte  aux niveaux politique, culturel et social. Et de faire remarquer que ce n’est pas la première fois que les têtes du MUR, ainsi que certains excommunicateurs connus pour leur appartenance à des groupes religieux extrémistes, commettent de telles aberrations. Il s’agit d’un appel à la haine et à l’anathème incitant à la violence. L’accusation d’apostasie signifie, en effet, dans la culture des excommunicateurs, un appel délibéré au meurtre de personnes  ciblées.
Par conséquent, le BP réitère son appel à faire face à toutes ces campagnes extrémistes et à constituer un front uni pour la préservation des acquis du peuple marocain, réalisés par ses forces démocratiques et nationales, en matière de droits humains, de libertés d’expression et de droits des femmes qui sont  actuellement menacées au Maroc, par un courant obscurantiste appartenant à l’Internationale des « Frères musulmans ». Lequel courant entend mettre la main sur l’Etat et la société, à travers l’exploitation de la prédication et l’interprétation rétrograde des nobles principes de la religion islamique, afin d’en faire un instrument à même de museler les adversaires et terroriser les rivaux politiques. 
Le BP estime qu’en plus des attaques itératives contre le mouvement moderniste, féministe et progressiste, ce courant obscurantiste menace désormais les institutions religieuses et constitutionnelles, seul garant contre  l’extrémisme et l’anarchie. Pour ce, il est nécessaire de reprendre l’initiative en vue de mettre fin à cette menace permanente et d’organiser la question de la fatwa, conformément à la pensée pondérée et modérée, comme convenue par les Marocains et l’interprétation éclairée de la religion.
Les membres du BP ont exprimé, à ce propos, leur solidarité avec les associations culturelles qui ont fait face aux déclarations humiliantes d’un député du Parti de la justice et de développement (PJD), à l’endroit des Amazighs, soulignant qu’elles s’inscrivent dans le cadre de pratiques illicites sur les plans juridique et moral. Il s’agit d’une incitation pure et dure à la haine, car semant la discrimination entre les Marocains. 
Lors de cette réunion ordinaire, le BP a mis en exergue les progrès enregistrés dans le cadre de la coordination avec le Parti de l’Istiqlal dont le processus sera marqué par la célébration commune du 70ème anniversaire du Manifeste de l’Indépendance, le 11 janvier courant à Rabat. 
Le BP a enfin pris des mesures organisationnelles, dont la création d’une commission de suivi du dialogue concernant les lois électorales.

Libé
Vendredi 3 Janvier 2014

Lu 638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs