Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le 7ème art marocain à la Quinzaine du cinéma francophone de Paris




La Quinzaine du cinéma francophone de Paris propose pour sa 20ème édition, prévue du 5 au 15 octobre prochain, un focus sur le 7ème art marocain, dans le cadre de sa section réservée au mouvement cinématographique maghrébin, a-t-on appris auprès des organisateurs.
Une dizaine de films marocains, entre documentaires et courts et longs métrages, figure dans la sélection du festival, riche d'une trentaine d'œuvres cinématographiques en provenance de dix-sept pays, faisant "la part belle aux cinémas du Maghreb".
Le festival, organisé par le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris avec le soutien notamment de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et du ministère français de la Culture, prévoit plusieurs projections en avant première, dont celles de "La Source des Femmes" de Radu Mihaileanu et "Sur la planche" de Leila Kilani, qui ont représenté cette année le Maroc au festival international du cinéma de Cannes (11-22 mai).
"La Source des Femmes", qui était même en lice pour la très convoitée Palme d'Or du festival, dans le cadre de la compétition officielle, a été retenu pour clôturer la programmation de La Quinzaine du cinéma francophone qui se veut "deux semaines de découvertes, de réflexions, de discussions et de passion, pour le dialogue entre les cultures et une meilleure compréhension des différences".
Cette coproduction franco-marocaine dont le tournage s'est déroulé au Maroc met en vedette Hafsia Herzi et Leila Bekhti, deux actrices montantes du cinéma français, dans le rôle de villageoises marocaines qui se révoltent pour ne plus subir la corvée d'eau que leur imposent les hommes.
"Sur la planche", projeté à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs visant à faire découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les œuvres de cinéastes reconnus, relate l'histoire de quatre jeunes filles marocaines d'une vingtaine d'années, "l'histoire d'une fraternité entre une jeune bande qui travaille et traverse Tanger, de l'aube au crépuscule".
En plus de ce film, la cinéaste marocaine Leila Kilani présentera à Paris son film documentaire "Nos lieux interdits" qui accompagne trois ans durant quatre familles dans leur quête d'élucidation.
Par ailleurs, la programmation du festival comprend six films d'étudiants de l'école supérieure des arts visuels de Marrakech.
Il s'agit de "ça tourne à El Masalla" de Ludovic Randriamanantsoa, "Apnée" de Mahassine El Hachadi, "De l'autre côté" de Youssef Maman, "Education nationale" de Alaa Aljem, "L'étang" de El Mehdi Azzam et "L'or blanc" de Adama Sallé.

MAP
Jeudi 15 Septembre 2011

Lu 296 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs