Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le 1er épisode de la série “Westworld” a-t-il convaincu ?




Le 1er épisode de la série “Westworld” a-t-il convaincu ?
Du sang et du liquide de transmission. Etait-il possible de faire encore plus fort, encore plus complexe, violent, et fascinant que Game of Thrones ? Avec cette nouvelle série astucieusement confiée à Jonathan Nolan (frère de Christophe, qui a notamment travaillé sur Memento, The Dark Knight Rises ou Interstellar) et J. J. Abrams (showrunner de Lost), HBO pourrait pousser encore plus loin le potentiel addictif de ses créations. Le film d'origine, Mondwest, avait initié cette histoire passionnante de parc d'attraction géant animé par des androïdes. Aujourd'hui, Westworld pousse le vice et nous offre une série gigantesque à tous points de vue. Et ce dès le 1er épisode.
Une intrigue métaphysique à la Ghost in the Shell
Alors que Mondwest faisait la part belle aux humains (les  "invités" du parc), la série s'appuie en grande partie (mais pas exclusivement) sur les "hôtes", ces androïdes ressemblant trait pour trait à des hommes, des femmes ou des enfants peuplant un univers tout droit sorti du far-west. Pour satisfaire leurs "guests", ces robots doivent subir les pires exactions, permettant ainsi d'assouvir les fantasmes les plus noirs des visiteurs. Chaque jour, la mémoire de ces robots est reprogrammée, et chaque jour, leur vie recommence comme si rien ne s'était jamais passé. Leur seule interdiction ? Tuer les humains, ils en sont incapables. Mais le jour où certains d'entre eux commencent à se souvenir de quelques bribes de leur passé, l'idée d'une autre "vie" commence à naître…
Des décors somptueux
Mise en scène, décors, lumière, plans… Tout est étudié au millimètre dans cette série où la vie grandeur nature est au moins aussi importante que la vie réelle. Entre le cadre haute fidélité du parc en plein western et le design chirurgical des coulisses du parc, où sont fabriqués et programmés les robots, on oublie vite le visuel franchement kitsch de Westmond. Et l'on plonge la tête la première dans cet univers troublant.
De très grandes pointures au casting
On vous avait déjà parlé de la présence d'Anthony Hopkins dans le rôle du "papa" des robots. Le 1er épisode de Westworld nous offre de découvrir un autre personnage essentiel de la série : le "gunslinger", sorte d'agent Smith du parc d'attraction, tueur sanguinaire aux allures de vieux dandy, présent pour accomplir une mission mystérieuse… Et dans ce rôle ô combien intrigant, on retrouve l'excellent Ed Harris, qui chausse donc les santiags de Yul Brynner ! Formidable, angoissant à souhait, Ed Harris devrait sans nul doute devenir le personnage favori de nombre de fidèles ! On n'oublie cependant pas de citer Evan Rachel Wood, très convaincante en androïde paumé, et Thandie Newton en tenancière de bordel robotisée est tout simplement géniale.

Mercredi 5 Octobre 2016

Lu 499 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs