Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le 14 juillet endeuillé par le barbarisme à Nice

84 morts et plus d’une centaine de blessés par un camion fou




Quatre-vingt-quatre personnes ont été tuées jeudi soir dans un attentat à Nice (Alpes-Maritimes) par un homme qui, au volant d'un poids lourd, a foncé sur la foule à la fin du feu d'artifice du 14-Juillet, selon le dernier bilan fourni vendredi par le ministère de l'Intérieur.
L'attaque, qui fait suite à plusieurs attentats revendiqués par le groupe Etat islamique en France, n'a pour l'heure pas fait l'objet de revendication.
L'assaillant, qui a été abattu par la police, a été identifié comme étant un Franco-Tunisien âgé de 31 ans, connu des services de police mais pas des services de renseignement, selon une source proche de l'enquête.
"Cette attaque, dont le caractère terroriste ne peut être nié, est encore une fois d'une violence absolue", a déclaré François Hollande dans la nuit, lors d'une allocution à l'Elysée, parlant d'"une monstruosité".
"Un camion a foncé sur la foule rassemblée pour le feu d'artifice du 14-Juillet avec l'intention de tuer, d'écraser, et de massacrer", a-t-il poursuivi, précisant que des enfants figuraient parmi les victimes.
Le chef de l'Etat devait se rendre dans la journée à Nice avec le Premier ministre, Manuel Valls.
François Hollande a annoncé dans la nuit la prolongation de trois mois de l'état d'urgence, en vigueur dans le pays depuis les attentats du 13 novembre et qui devait être levé le 26 juillet courant.
Mis en place après les attentats de janvier 2015, le dispositif de sécurité "Sentinelle" de surveillance des sites sensibles, qui devait passer de 10.000 à 7.000 hommes, sera lui finalement maintenu à son plus haut niveau.
La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie pour cet acte sans précédent survenu peu après 22h30 sur la promenade des Anglais, une avenue de Nice mondialement connue longeant la Méditerranée qui avait été fermée à la circulation à l'occasion des festivités du 14-Juillet.
L'assaillant, qui a percuté à vive allure des dizaines de personnes, a également tiré sur la foule, très dense, et des armes "assez opérationnelles et assez puissantes" ainsi que des grenades ont été retrouvées dans le camion, a dit sur BFM TV le président de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi, citant des sources policières.
Outre les 84 personnes tuées, 18 personnes se trouvaient vendredi matin toujours en état d'urgence absolue, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur.
Ce bilan fait également état d'une cinquantaine de personnes légèrement blessées et de 120 personnes choquées ou prises en charge, a-t-il ajouté.
Le député (Les Républicains) des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a décrit "une scène d'horreur". "Un camion fou a foncé sur près de deux kilomètres sur le trottoir Sud de la promenade des Anglais, (...) jusqu'à ce qu'il soit intercepté et le chauffeur abattu devant le palais de la Méditerranée", a-t-il dit.
Les habitants de Nice ont été invités par les autorités à rester chez eux ou à l'abri. Des témoins ont raconté avoir vu un imposant camion blanc foncer sur la foule et "zigzaguer" pour faucher les spectateurs du feu d'artifice, laissant derrière lui des dizaines de victimes.
"C'était un poids lourd d'environ 15 mètres de long qui roulait à plus de 80 km/h, (...) il arrachait tout, les poteaux, les arbres", a raconté sur iTELE un témoin, ajoutant que des personnes avaient tenté de s'accrocher aux portes du véhicule pour l'arrêter. Un autre témoin a évoqué l'image d'"un jeu de quilles".
"J'étais en train de marcher sur l'avenue quand j'ai vu un camion tourner dans notre direction à vive allure. J'ai eu la chance de le voir à temps mais une amie a été renversée", a dit à Reuters un touriste italien, Marco de Feo. "Nous avons fui sur la plage puis nous avons trouvé refuge dans un hôtel. On est retourné ensuite porter secours à notre amie qui ne pouvait ni bouger ni parler mais qui respirait encore. Elle a été transportée à l'hôpital en ambulance".
Le "plan Blanc", instauré en 2004 pour "les situations sanitaires exceptionnelles", a été mis en place. L'hôtel Negresco, établissement de luxe situé sur la promenade des Anglais, a été transformé en unité médicale de fortune jeudi soir ainsi que d'autres établissements.
A Paris, François Hollande a déclaré que la France continuerait de frapper les "repaires" de l'EI en Syrie et en Irak. "Nous devons faire la démonstration d'une vigilance absolue et d'une détermination sans faille", a-t-il dit.
Les autorités françaises redoutaient un attentat pendant l'Euro de football, qui s'est achevé dimanche dernier sans incident majeur. Le directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Patrick Calvar, s'était dit récemment "persuadé" que Daech évoluait vers de nouveaux modes opératoires, notamment des véhicules piégés et des engins explosifs.

Deuil national de 3 jours décrété en France

Le président François Hollande a décrété trois jours de deuil national en France, de samedi à lundi, après l'attentat qui a fait au moins 84 morts jeudi soir à Nice (sud-est), a annoncé le Premier ministre Manuel Valls.
Un projet de loi prolongeant jusqu'à fin octobre l'état d'urgence, en vigueur dans le pays depuis les attaques jihadistes de novembre 2015 à Paris, sera par ailleurs soumis mercredi et jeudi au Parlement, a précisé le chef du gouvernement à l'issue d'une réunion de crise à l'Elysée.

 

Perquisition à Nice au domicile de l'auteur de l'attaque

La police a mené vendredi matin une perquisition au domicile de l'homme qui a lancé jeudi soir un poids-lourd sur la foule à Nice, faisant au moins 84 morts, rapporte le quotidien local Nice-Matin sur son compte Twitter.
L'auteur de cette attaque a été abattu au terme de sa course sur la promenade des Anglais, sur le front de mer.
De source proche de l'enquête, on précise que cet homme est un Franco-Tunisien âgé de 31 ans connu des services de police pour des faits de droit commun, mais pas des services de renseignement.

Samedi 16 Juillet 2016

Lu 823 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs