Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Latefa Ahrrare, un exemple de persévérance




L’infomation circule depuis quelques jours déjà, l’artiste Latefa Ahrrare est à la fois enseignante à l’ISADAC et étudiante au master de documentaire à Tétouan. Une situation rarement rencontrée dans notre paysage culturel. L’artiste est égale à elle-même, dans la mesure où elle ne cesse de déployer des efforts pour donner le meilleur d’elle-même. Elle a toujours mis en valeur le rôle de la formation continue pour l’amélioration du potentiel artistique, surtout lorsqu’on ambitionne vraiment être créateur.
Là, Latefa Ahrrare nous donne un bel exemple d’une artiste qui a soif des nouveautés académiques dans le domaine. Pour cela, elle est enseignante tout au long de la journée du mardi, où elle dispense le cours de l’expression corporelle, mais redevient étudiante le lendemain, et cette fois-ci à Tétouan, où elle poursuit des cours sur le documentaire, dans le cadre du master supervisé par Hamid Lâaydouni.
Bien qu’elle soit digne d’être connue, l’info constitue un prétexte pour aborder le problème de la formation au niveau de la corporation des artistes en général et des comédiens en particulier.  L’on dit d’un acteur, qu’il est monotone dans son jeu, d’un metteur en scène qui  ne change pas  dans sa direction des comédiens, répétitif dans ses idées … Cela est une question de renouveau dans les outils, dans les conceptions et dans la vision du monde. Combien d’acteurs ne peuvent plus renouveler leur jeu, de réalisateurs reproduisent les mêmes idées et les mêmes travaux, de critiques de cinéma ne visionnent ni écrivent des articles de cinéma !
Une déperdition qui annonce vite la fin de l’artiste et du sens de la créativité. On peut évoquer ce comédien ou cette actrice qui ne changent plus leur manière de jouer ou d’interpréter, ou encore ce réalisateur qui n’offre plus que des copies «caricaturales» de ses anciens travaux … Le manque de renouveau résulte de cet épuisement de souffle artistique qui gagne du terrain au fur et à mesure que tarit l’esprit intellectuel.
Au Maroc, des créateurs tels que Latefa Ahrrare, Driss Roukh, Hicham Laasri, Asmaa Houri, Faouzi Bensaidi, Naima Zitane, Hicham Jbari, Abdelilah El Jawhari, Dounia Boutazout … font montre d’un sens intellectuel aigu au niveau de la formation continue, grâce à la lecture, à l’échange avec leurs pairs et à l’ouverture sur l’autre. C’e n’est absolument pas le cas pour tout le monde. Il est inutile de citer des noms qui disparaissent du paysage artistique ou qui ne font que puiser dans les mêmes stéréotypes du passé. Et ils sont légion.

M.E
Samedi 12 Novembre 2016

Lu 1790 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs