Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Larbi Dida : Un esprit dancefloor dans un corps rai




Le mythique groupe « Raina Rai » a été fondé en 1980, c'est-à-dire à une époque où le rai commençait à sortir de l’oubli grâce à de jeunes talents qui en ont fait leur style de musique et qui ont réussi, au fil des années, à donner à cette expression artistique un rayonnement international.
Dans « Zina », son premier album, « Raina Rai » avait glissé une petite phrase qui disait que le rai était né à Sidi Belabbès, une grande ville de l’ouest algérien où convergeaient les grands chioukhs et poètes ainsi que les musiciens ambulants. Cette affirmation qui n’est pas partagée par tout le monde prouve néanmoins que cette région d’Algérie, d’où était  issue Cheikha Remitti  est un haut lieu de la musique rai tout comme les villes de l’ouest algérien et de l’est marocain qui partagent cette musique dont les expressions les plus connues sont, outre le rai, le Alaoui et les Reggada.
Larbi Dida, un jeune homme au look latino, une fine moustache et un sourire enjôleur, a gardé des souvenirs de ces mouvements musicaux tout en s’intéressant au style moderne. Et c’est en 1986 qu’il intègre le groupe « Raina Rai », où il impose très vite sa voix et son accent un peu rural empreint de pop. La formation soulèvera l’enthousiasme lors de diverses prestations, notamment au printemps de Bourges et au Paléo festival de Nyon.
Cependant, Larbi se sent quelque peu à l’étroit dans le cadre d’un ensemble où il ne pouvait pas exprimer toute sa   sensibilité et concrétiser ses rêves rythmiques, du fait qu’il avait le groove en permanence dans sa tête, un esprit d’ambiance et le geste vif. Sa culture club, à la manière des initiateurs de l’acid-jazz quand il investissait dans les dancefloors londoniens, a été forgée dans les cabarets les plus célèbres d’Oran, de Paris ou de Marseille.
En même temps, il voue une passion dévorante à un tempo typiquement algérien qui est une invitation constante à la transe avec un rythme qui fait songer aux pas d’un chameau possédé par des démons intérieurs. D’ailleurs, les tenants du rai ne s’y sont pas trompés en l’utilisant souvent comme base de leurs chansons. Sous le titre alaoui, en référence à cette chorégraphie d’essence bédouine, l’Orchestre national de Barbès que Larbi, après une escapade en solo très expérimentale, a créé en 1996 avec d’autres camarades consumés par la même brûlure, avait signé son morceau de gloire, allant jusqu’à sa reprise instrumentale par les Rolling Stones.
S’effectuant en groupe homogène, en ligne ou en cercle, avec des remuements frénétiques d’épaules et des coups répétés du pied, que rythme la voix du chef, cette musique traditionnelle s’appuie sur un fond musical exécuté par un quatuor formé de deux flûtes et deux bendirs.
Le port du bâton lors de l’exécution de la danse demeure essentiel, car il symbolise l’âme du guerrier  des tribus de  l’ouest algérien. A cette danse, Larbi ajoute des sifflets, plus de pugnacité dans la rythmique et plus d’entrain dans la mélodie, la rendant plus performante.
Larbi Dida se présente ainsi comme l’un des chanteurs algériens qui ont le mieux servi la musique rai, d’abord en la sortant de sa léthargie et ensuite en la dotant de nouvelles sonorités, de nouveaux instruments qui ont fait revivre ce genre de musique sans entacher son esprit et sa quintessence.
A ce titre, il est à considérer comme  l’un des précurseurs, avant même l’arrivée sur scène de Khaled, Mami et des autres. Et même après avoir réalisé, si l’on peut dire, son objectif, il ne cesse de rechercher et d’explorer cette musique qui a élu domicile aux confins de la frontière algéro-marocaine.

PAR ABDESLAM EL KHATiB
Samedi 30 Avril 2011

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs