Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lancement du Plan national de promotion des échanges extérieurs

Nécessité de mettre fin à l’hémorragie




Lancement du Plan national  de promotion des échanges extérieurs
Le ministère chargé du Commerce extérieur vient d’établir un plan national de promotion des échanges commerciaux pour la période 2014-2016. L’impératif de booster les exportations et de réduire les importations par le biais de la substitution oblige. Surtout lorsqu’on sait que le déficit commercial a atteint 125 milliards de dirhams (MMDH) en 2013. 
S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue pour la présentation de ce plan jeudi à Rabat, le ministre chargé du Commerce extérieur, Mohamed Abbou, a indiqué que «ce plan triennal tire son importance de la situation alarmante de la balance commerciale des biens et services», ajoutant que le déficit commercial des biens a dépassé le montant des exportations à partir de 2007, alors que l’excédent de la balance commerciale des services a connu un recul entre 2007 et 2011.
Cet état de fait s’explique notamment par la structure même des entreprises exportatrices dès lors que sur 5.000 entreprises, seulement 467 ont des activités régulières à l’export, dont 91% d’entre elles ne dépassent pas un chiffre d’affaires de 50 millions de dirhams, a-t-il signalé, faisant observer que l’entreprise marocaine n’a pas encore su tirer profit des opportunités offertes par les accords de libre-échange. 
Cette situation est attribuable également à «une offre exportable insuffisamment diversifiée et à faible valeur ajoutée et à un modèle de croissance à fort contenu importé».
La détérioration du déficit commercial a entraîné un recul des avoirs extérieurs en devises, qui ne couvrent actuellement que 4 mois et demi d’importations au lieu de 9 mois en 2007, et une hausse de la dette extérieure, passée de 19,8 du PIB au cours de la même année à 25,7% actuellement, a souligné le ministre délégué.
Ce déficit figure actuellement parmi les obstacles essentiels qui entravent la promotion de l’investissement pour réaliser une croissance économique à même de créer des postes d’emploi et d’améliorer le niveau de vie, a-t-il fait savoir.
Ainsi, «le plan s’articule autour de trois axes, en l’occurrence le problème des exportations, le problème des importations et l’augmentation de la plus-value des produits marocains», a indiqué M. Abbou.
Le premier axe porte sur la promotion et la dynamisation des exportations, particulièrement, à travers la modernisation des mécanismes de soutien visant à accompagner directement les entreprises dans le domaine de l’exportation, l’amélioration de l’impact des activités commerciales à l’étranger et le regroupement du réseau des représentations relevant de l’Agence marocaine de promotion des exportations et du Centre marocain de promotion des exportations, outre le développement de conventions commerciales avec les marchés prioritaires. 

Mardi 10 Juin 2014

Lu 752 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs