Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lancement du Plan d’action national d’amélioration des conditions de travail




Lancement du Plan d’action national d’amélioration des conditions de travail
Le Plan national d’action d’amélioration des conditions de travail (PNACT) vient d’être lancé vendredi dernier à Bouznika par Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.
Deux jours durant, les participants à cette rencontre ont débattu  des critères d’évaluation et des perspectives d’intervention en matière d’approche du genre, des résultats de l’audit de certaines délégations et ceux d’évaluation des contrats-objectifs de Casablanca-Anfa et Agadir. Cette rencontre est venue à point nommé pour jeter la lumière sur le secteur de l’emploi marqué par de multiples conflits sociaux dont la majorité sont causés par le non-respect du code du travail, particulièrement dans le privé.
Ce Plan mis en œuvre à partir de 2010, portera sur le travail des enfants, des femmes et des personnes handicapées, la protection sociale, les conditions de travail et la gestion des relations d’emploi, outre la santé et la sécurité au travail et les délégués des salariés.
A l’ouverture des travaux de cette rencontre, Jamal  Rhmani a affirmé que ce plan visant la promotion des conditions du personnel des entreprises employant 10 salariés et plus, a pour objectif d’assurer une adaptation sociale de ces entreprises aux dispositions du code de travail. Sont visées par ledit Plan 12.296 entreprises au titre de l’année 2010.
Concernant les résultats réalisés en matière de développement des relations de dialogue entre les employés et les délégués des salariés au titre de l’année 2009, Rhmani a indiqué que le système de l’inspection du travail a résolu 473 conflits et réglé 14.207 plaintes sur 74.083.
Les interventions de ce système ont permis la réintégration de 4.176 salariés et le règlement de 17 conflits collectifs au niveau de la commission nationale de conciliation sur les 20 conflits présentés à la commission et le règlement de 22 conflits sur 27 au niveau des commissions provinciales.
Ces résultats ont été atteints  grâce à la vigilance du département de l’Emploi, par le biais des interventions de l’inspection du travail, et ce dans l’objectif  de pousser les différents partenaires sociaux à appliquer les lois en vigueur en matière de prévention et de sécurité dans les lieux de travail ainsi que  tous les mécanismes de nature à améliorer les conditions de travail et la stabilité des relations professionnelles, tout en soutenant la productivité et la compétitivité des entreprises.
L’action des inspecteurs du travail est importante dans la mesure  où elle permettra la bonne application du code de travail et l’adoption de mesures répressives en cas d’infraction notamment celles relatives à la santé, la sécurité et la protection sociale. Rappelons que la loi prévoit des amendes allant de 2.000 à 30.000 DH et même la fermeture définitive de l’entreprise.


LARBI BOUHAMIDA
Lundi 8 Février 2010

Lu 840 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs