Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lancé en grande pompe : le tramway de Rabat-Salé connaît ses premiers hoquets




Lancé en grande pompe :  le tramway  de Rabat-Salé connaît ses premiers hoquets

 Malgré quelques réticences manifestées au début, les populations de Salé et de Rabat étaient ravies du lancement du tramway reliant les deux villes jumelles. Pour preuve, l’engouement des premiers jours surtout que son utilisation pendant deux jours était gratuite. Entre curiosité et intérêt, il faut le dire, les usagers étaient conquis.

Il va sans dire que la mise en service du tram est bienvenue pour, à la fois, atténuer le problème du transport entre Rabat et Salé qui se pose avec acuité, mais aussi,  contribuer à diminuer l’intensité de la pollution qui asphyxie la capitale et ses alentours.

Le tramway de Rabat-Salé d’une belle esthétique avec des dessins géométriques traditionnels est de ce fait une  acquisition qui se présente à point nommé, plaçant la capitale du Maroc au niveau des grandes agglomérations internationales. Mais, car il y a un mais, le bel objet aussitôt démarré commence à connaître des ratés. Et c’est dommage ! Les horaires ne sont pas encore maîtrisés et surtout les pannes qui deviennent récurrentes. Il arrive qu’en cours de trajet, le tramway s’arrête brutalement faisant bousculer les usagers. L’arrêt de fonctionnement peut des fois s’éterniser, l’un des responsables du tram avertit que c’est une panne et demande à la clientèle de se montrer patiente. Or, la patience a des limites, et on peut la perdre au bout de longues minutes. D’autant qu’avec l’arrêt de la machine, il n’y a plus de courant ; les portes sont bloquées et la climatisation ne fonctionne plus.

Du coup, les usagers se trouvent prisonniers des wagons, dans un espace réduit manquant d’air sous une chaleur insupportable. C’est l’étuve surtout avec le temps qu’il fait ces jours-ci.

Lorsqu’on insiste auprès du préposé du tram pour connaître la cause de la panne et si elle risque de durer, il répond que seule la salle d’opérations (aiguillage) peut disposer de la bonne information.  Pour contacter la personne concernée, il ne faut pas trop y compter. Certes, il y a une infoline, mais il s’agit d’une boîte vocale. Vous pouvez toujours l’utiliser avec le succès que vous pourrez imaginer. Autrement dit, vous allez passer autant de temps que durera la panne pour avoir enfin l’indication voulue. Et encore, ce n’est pas si sûr que cela !

On trouvera toujours quelqu’un qui  nous dira qu’il ne faut pas trop se montrer exigeant; ce n’est que le début du lancement d’un projet ambitieux appelé à rendre un grand service et assurer du confort aux citoyens. On pourrait le comprendre. Mais il reste que nos remarques se veulent pertinentes pour justement éviter ces contretemps afin que ce genre d’incidents ne soit pas de règle ! L’engouement du début risque de se transformer en déception.


Youssef BENZAHRA
Lundi 30 Mai 2011

Lu 1052 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs