Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Laila Marrakchi renoue avec le grand écran à travers «Rock the Casbah»




Laila Marrakchi renoue avec le grand écran à travers «Rock the Casbah»
«Rock the Casbah » est un film qui s'inscrit dans une logique de maturité tout en gardant cette audace dans le traitement des sujets qui marque le travail de la réalisatrice. 
Racontant l'histoire du décès d'un patriarche qui libère la parole au sein de sa famille, constituée principalement de femmes, "Rock the Casbah", actuellement en compétition officielle de la 15ème édition du Festival national du film de Tanger (FNF), marque une évolution par rapport à "Marock" en ce qui concerne les sujets traités et le casting. 
"Dans « Marock », les principaux personnages étaient des adolescents en quête de liberté, alors que « Rock the Casbah » met en scène des jeunes femmes qui s'éveillent au monde adulte et se penchent sur les questions de la mort, de la condition féminine et des liens familiaux. C'est un peu plus mature", indique  Laïla Marrakchi dans une déclaration à la MAP.
Cette maturité est également perceptible dans le ton doux imprégné à un film qui soulevait des questions graves et un "happy-end" qui contraste avec les événements et les révélations graves qui ont bouleversé la famille durant les trois jours de deuil. 
Pour expliquer cette fin inattendue, Marrakchi évoque la sacralité de la famille. "Je pense que quoi qu'il arrive, la famille est un socle très important au Maroc et qu'en dépit des événements graves qui se passent, la famille reste unie et la vie continue", insiste la réalisatrice. 
Côté casting, on note la présence distinguée d'Omar Cherif, pour qui le rôle du père décédé (mais dont l'esprit rôdait toujours pendant les funérailles) semblait taillé sur mesure. Il s'agit là d'un coup de maître puisque le célèbre comédien égyptien a donné, par sa grâce et son charisme, une valeur ajoutée au film.
"Je le voulais dès le départ dans le film et j'ai dû aller le convaincre et insister pour qu'il accepte de jouer le rôle", raconte Laïla Marrakchi, ajoutant qu'elle a eu de la chance car "il a beaucoup aimé le scénario".
L'affiche comprend également l'actrice Morjana Alaoui, qui a joué le rôle principal dans "Marock" -avec des traits de caractère très rapprochés dans les deux rôles-, ce qui a, entre autres raisons (surtout le mot "rock" qui revient dans le titre des deux œuvres), conduit les observateurs à estimer que ce second long-métrage est un prolongement du précédent, voire le deuxième volet d'une trilogie. Chose que la réalisatrice réfute.

MAP
Mercredi 12 Février 2014

Lu 1787 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs