Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lahcen Daoudi interpellé par le corps pédagogique des CRMEF

Mot d’ordre : ne pas toucher aux acquis




Lahcen Daoudi interpellé par le corps pédagogique des CRMEF
Le corps pédagogique des Centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation en veut certainement au ministère de l’Enseignement supérieur et à son ministre Lahcen Daoudi. Et pour cause, il estime que la décision de ce département de retirer la compétence d’organiser les examens de sortie à ces Centres régionaux en sa faveur n’est pas pertinente. C’est même une décision illégale qui va à l’encontre de tous les discours sur la régionalisation.
Des communiqués des sections du Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNEsup) commencent déjà à pointer du doigt la volonté du ministère de leur «retirer» l’une des compétences régies par la loi.  Lesdits communiqués dénoncent qu’ils qualifient de «tentative par le ministère d’anéantir l’indépendance des Centres régionaux à accomplir les missions qui leur sont dévolues par les lois et décrets». Le même contenu et le même esprit : ne pas vider les Centres régionaux de leur vocation scientifique, au lieu de cette volonté de contrôle et de mainmise. Le ministère, selon trois communiqués rendus publics, serait en train de priver les Centres régionaux de l’une de leurs attributions régies par la loi. Si la section de Kénitra parle d’«échec de la politique du ministère à préserver la stabilité du système de formation au sein des Centres», celle de Sefrou évoque «une tentative de contourner les acquis réalisés». La section de Fès, quant à elle, pense que cette décision relève d’une «gageure aux conséquences non calculées et une précipitation dont l’instance de tutelle est la seule responsable». La loi 01.00 portant organisation de l’enseignement supérieur, notamment l’article 35 stipule que c’est le conseil d’établissement (instance élue) qui prépare les examens et contrôle les informations relatives aux cursus de formation dispensée. La messe est dite, estiment les sections du SNEsup au sein des Centres régionaux, ajoutant que les interprétations étriquées du département de Daoudi contournent non seulement la teneur du texte, mais aussi l’esprit d’une loi. «Si l’on centralise les questions pédagogiques, à quoi servent alors les conseils d’établissements et par ricochet, les professeurs-chercheurs ?», se demandent-ils.

Mustapha Elouizi
Mardi 4 Juin 2013

Lu 635 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs