Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lagarde espère l’ouverture des frontières maroco-algériennes


La situation actuelle empêche une réelle
intégration économique des pays de l’UMA



Lagarde espère l’ouverture  des frontières maroco-algériennes
La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde a émis, mercredi à Nouakchott, l’espoir de voir lever «progressivement, le verrou géographique» dans la région maghrébine, en faisant allusion aux frontières fermées entre l’Algérie et le Maroc, qui empêche une réelle intégration économique des pays de l’Union du Maghreb arabe (UMA).
Les projets économiques tels que la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE) ou l’adoption par les pays maghrébins de la loi d’investissement commun sont de nature à atténuer cet obstacle, a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse animée avec le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, M. Sid’Ahmed Ould Raïss, à l’issue des travaux de la 5ème conférence sur la complémentarité économique entre les pays du Maghreb, tenu mercredi à Nouakchott sous le thème «Les investissements bilatéraux et étrangers directs et leurs impacts sur l’emploi dans les pays du Maghreb Arabe.
Elle a, en outre, souligné qu’elle s’est enquis sur les efforts consentis dans le but de réaliser l’intégration régionale escomptée, et a échangé les points de vues avec les responsables gouvernementaux, et les représentants du secteur privé dans les cinq pays maghrébins, tout en faisant part de sa «satisfaction de la ferme volonté affichée par ces pays afin de promouvoir vigoureusement un modèle transparent et équitable de croissance et de développement du secteur privé dans le contexte de transformation sociopolitique que connait la région». Et d’ajouter que l’une des grandes priorités consiste en l’amélioration du climat des affaires et de l’investissement dans la région, pour créer un environnement propice à l’innovation, à l’esprit d’entreprise et à la création d’emplois. Cela, a-t-elle dit, permettra au secteur privé , et notamment aux PME d’être au cœur du développement économique afin de contribuer à mettre en valeur le potentiel productif des peuples du Maghreb.
Mme Lagarde a également insisté sur l’importance de la promotion de l’investissement étranger afin d’attirer plus de capitaux, notant que les pays de la région doivent redoubler d’efforts sur le plan de l’intégration, y compris l’assouplissement des régimes régissant l’investissement direct étranger, et la continuation de diversifier les sources d’investissement direct étranger et les secteurs qui en bénéficient.
La directrice générale du FMI s’est félicitée, à cette occasion, du lancement, au cours des trois premiers mois de l’année 2013, de la Banque maghrébine, dont le siège sera à Tunis.
Elle a notamment estimé que cette nouvelle institution, qui démarrera avec un capital de 100 millions de dollars (20 millions pour chaque pays maghrébin), constituera un nouveau jalon dans la construction de l’édifice maghrébin et de la complémentarité économique entre les pays de la région.

Libé
Vendredi 11 Janvier 2013

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs