Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Laâyoune et Dakhla : Des chefs-lieux du Sahara marocain engagés de plain-pied dans la coopération Sud-Sud




Considérées comme étant le prolongement africain du Maroc, les provinces du Sud du Royaume, plus particulièrement leurs chefs-lieus Laâyoune et Dakhla, connaissent un essor soutenu qui en fait aujourd'hui des villes modernes et des pôles régionaux prometteurs en termes d'échanges et de coopération Sud-Sud tant prônée par S.M le Roi Mohammed VI.
De par sa position géographique qui lui a conféré de tout temps le statut de «passage obligé» pour le commerce caravanier transaharien à l'instar de lieux mythiques comme Tombouctou et bien d'autres cités africaines, le Sahara marocain dispose désormais de tous les atouts pour consolider son rôle en tant que véritable plateforme d'intégration entre le Royaume et ses multiples partenaires du Sud.
 De Bamako, en passant par Abidjan, Niamey, Ouagadougou et Dakar, ces provinces sahariennes du Maroc sont perçues comme une jonction essentielle dans l'espace euro-africain et un creuset de développement, porteur de paix et de prospérité pour tous les pays de la sous-région.
Dans un continent africain en proie à des troubles en tout genre et à des crises sécuritaires sur fond d'attaques terroristes et de tensions intercommunautaires, les provinces du Sud du Royaume, qui se trouvent géographiquement à la porte du Sahel, s'érigent en un modèle réussi de stabilité et de cohésion sociale, conditions sine qua non pour tout décollage économique.
Porté par une vision ambitieuse et réfléchie, le nouveau modèle de développement des provinces du Sud devra participer de cette dynamique de coopération intercontinentale impulsée par le Maroc pour promouvoir le développement et la stabilité en Afrique.
Ce modèle procède en effet d'une vision développementale intégrée, fondée sur une analyse objective de la situation effective dans les provinces du Sud, en vue de poser les bases fondatrices d'une politique intégrée, à long terme dans les différents domaines.
La tenue en mars dernier à Dakhla de la grand-messe du Forum Crans Montana sous le thème «L'Afrique, la coopération régionale et la coopération Sud-Sud» a bel et bien confirmé cette vocation de la région saharienne en tant que plateforme de rencontre, de discussion et d'échange autour des questions ayant trait à l'émergence du continent africain.
 Pour les organisateurs, la ville de Dakhla a été choisie parce qu'«elle est par essence un modèle pour l'avenir du Maroc et de l'Afrique et jouit d'une position stratégique exceptionnelle en tant que plaque tournante sur le plan économique».
C'est aussi une reconnaissance de l'action incommensurable du Maroc en faveur du développement de ses provinces du Sud qui connaissent une forte dynamique de développement et n'ont rien à envier aux grandes métropoles africaines.
En effet, ces villes du Sud marocain, depuis leur retour à la mère-patrie à la faveur de la glorieuse Marche Verte, ont focalisé des efforts d'aménagement et de développement sur tous les fronts (économique, social, culturel, urbain, etc.) pour satisfaire les aspirations et les besoins en services des habitants, favoriser leur sédentarisation et asseoir les bases d'un développement local durable.
Aéroports et ports modernes, infrastructure routière développée, zones industrielles, hôtels, hôpitaux, écoles, stades, restaurants, habitations et immeubles flambant neufs, espaces verts : le Sahara marocain a bel et bien réussi des mutations tous azimuts et relevé la gageure d'offrir un visage accueillant qui séduit ses visiteurs et les touristes de divers horizons et jouissant de tous les atouts d'un développement humain, de stabilité et de sécurité.
Cette dynamique de rénovation et de construction a été favorisée par le lancement de programmes de grande ampleur qui se déclinent par la qualification urbaine, la restructuration des habitations, l'amélioration et l'extension du réseau des routes, la création de nouveaux services publics, l'implantation d'entreprises et l'accompagnement social des habitants de la région.
Aujourd'hui, les fruits de ces efforts sont fort tangibles et les villes sahariennes peuvent désormais se targuer d'une image de marque, celle de citées dynamiques et prospères, promises à un bel avenir.

Vendredi 6 Novembre 2015

Lu 1242 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs