Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Laâyoune : Un taux de pauvreté parmi les plus bas du Maroc




Laâyoune : Un taux de pauvreté parmi les plus bas du Maroc
Le nombre de chantiers dans la province de Laâyoune sont un signe édifiant de l’intérêt qu’accordent les autorités au développement de cette région. Ces chantiers comportent des usines de transformation et de conservation du poisson, en passant par des unités de dessalement d’eau. Ils sont une source sans pareille de création de postes d’emploi, de renforcement des infrastructures économiques et sociales et de  promotion d’activités génératrices de revenus.
Cette cadence accrue de développement qui est le résultat de ces efforts déployés par les pouvoirs publics dans cette région, a permis à celle-ci d’enregistrer un taux de pauvreté inférieur à la moyenne nationale. C’est ce qu’indique le Haut commissariat au plan.
Concernant les projets INDH de la région, les chiffres obtenus auprès des divisions des affaires sociales dans les provinces de Laâyoune, Boujdour et Tarfaya montrent qu’un montant global de plus de 296 MDH a été dédié, sur la période 2005-2012,  pour le financement de 698 projets destinés à la lutte contre la pauvreté en milieu rural, l’exclusion en milieu urbain, la précarité et pour  la mise en œuvre du programme transversal au niveau de cette région.
Dans la province de Laâyoune, 367 projets ont été réalisés depuis 2005 pour un coût global de plus de 147 MDH, dont plus de 132 millions apportés par l’INDH, au profit de 53.776 personnes.
A Boujdour, 216 projets ont été réalisés de 2005 à 2012 pour une enveloppe de 126 MDH, dont 64 millions de l’INDH, alors que la province de Tarfaya a bénéficié de 115 projets pour le financement desquels une enveloppe de plus de 22 MDH a été mobilisée. Ces projets ont concerné la lutte contre la pauvreté en milieu rural et la précarité et l’exclusion sociale.
Parallèlement à ces efforts et pour contribuer à la création d’activités génératrices de revenus, une centaine de coopératives ont été mises sur pied dans cette région. Ces coopératives   s’activent notamment dans les secteurs de l’agriculture, la pêche maritime et l’artisanat, et jouent un rôle essentiel, particulièrement en milieu rural, dans la lutte contre la pauvreté et le renforcement de l’intégration de la femme dans le développement socioéconomique. Une forte dynamique caractérise ces coopératives qui  offrent aux jeunes diplômés la possibilité de créer leurs propres entreprises  de façon à s’intégrer dans la vie active, et assurent aux femmes des sources de revenus supplémentaires, améliorant de la sorte leur participation au développement socioéconomique de la région.
A noter que la région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra connaît aussi le lancement du contrat-programme de promotion de l’économie sociale et solidaire. Le programme qui s’étend sur 5 ans a été financé par le Fonds d’économie sociale pour une enveloppe globale de 105,5 millions de dirhams.

Ahmadou El-Katab
Mercredi 15 Août 2012

Lu 872 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs