Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La volonté du ministère indien de la Défense de blacklister AgustaWestland se heurte à l’approbation du Premier ministre


Le fabricant anglo-italien d’hélicoptères pourrait perdre un contrat-vente de 750 millions de dollars



La volonté du ministère indien de la Défense de blacklister AgustaWestland se heurte à l’approbation du Premier ministre
Le ministre indien de la Défense A.K. Antony souhaite que l’Inde ne traite plus avec le fabricant anglo-italien d’hélicoptères AgustaWestland soupçonné de corruption, mais il pourrait ne pas être suivi par ses collègues, apprend-on auprès du gouvernement. Plusieurs ministres ainsi que des responsables du ministère de la Défense craignent qu’une décision d’interdiction n’affecte les efforts de modernisation de l’armée indienne, explique-t-on à Reuters. L’Inde a prévu d’investir 100 milliards de dollars (76 milliards d’euros) dans l’achat de matériel de défense sur les dix prochaines années.
La police indienne enquête sur des soupçons de pots-de-vin qu’aurait versé AgustaWestland pour décrocher un contrat de vente de 12 hélicoptères de 750 millions de dollars (560 millions d’euros). La société anglo-italienne dément ces accusations.
Agusta Westland avait jusqu’à hier pour répondre à un questionnaire détaillé sur les allégations portées à son encontre.
Officiellement, le ministre de la Défense dit attendre les résultats de l’enquête de la police fédérale sur les présomptions de corruption.
Mais selon plusieurs responsables de la défense, le ministre est favorable à interdire à la société de participer à des appels d’offres en Inde au vu des preuves déjà rassemblées.
La décision d’interdire AgustaWestland sera prise par le ministre de la Défense - A.K. Antony est surnommé saint-Antoine pour sa réputation de probité et pour son ardeur à lutter contre la corruption - mais il a besoin pour ce faire de l’approbation du Premier ministre Manmohan Singh, du ministre des Finances P. Chidambaram et du ministre des Affaires étrangères Salman Khurshid.
Le degré d’opposition au sein du gouvernement à une telle interdiction n’est pas établi. Si les opposants à l’interdiction apparaissent majoritaires, A.K. Antony devra alors envisager des mesures moins pénalisantes, comme par exemple l’imposition d’une amende importante.     
D’ailleurs, si la décision est prise de blacklister, AgustaWestland sera de préférence ciblée plutôt que sa maison-mère Finmeccanica, dont les filiales sont très actives dans le secteur militaire indien, estiment des responsables de la défense.

Reuters
Lundi 18 Mars 2013

Lu 150 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs