Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La ville ocre sous le choc




Au lendemain du drame, c’est la consternation parmi les habitants et les  touristes venus de tous les coins du monde. Une immense grisaille s’est emparée de la cité joyeuse, vivante et animée d’habitude. Un soir pas comme les autres à la place Jamaâ El Fna totalement désertée. Pour la malheureuse circonstance, musiciens, magiciens, conteurs et restaurateurs ont cédé la place à une armada de policiers qui a envahi le lieu. Cependant, les Marrakchis étaient nombreux ce soir-là tout autour  des  barrières dressées par la police scientifique qui poursuivait encore ses investigations pour identifier l’immonde assassin, auteur de cette tragédie. Les Marrakchis n’arrivent pas à comprendre encore ce soir-là pourquoi leur paisible cité a été la cible des terroristes. Pourquoi leur sérénité, leur jovialité et leur patrimoine viennent d’être violés. Pourquoi tuer des innocents. Seize personnes de différentes nationalités qui avaient en commun leur amour pour la cité de la Koutoubia. Leur fascination pour la place de Jamaâ El Fna et pour sa palmeraie et leur faible pour ce Maroc pacifique et en plein changement.  Le café Argana est un lieu hautement symbolique presque au même titre que la place elle-même et pour les touristes et pour les Marocains. Des stars du cinéma, du show business ou encore du sport sont passées par là. Mais après la consternation, ce sont  la condamnation et la protestation qui  fusent de partout. Un jeudi noir et triste pour Marrakech et le Maroc qui ne se laisse pas impressionné par le terrorisme. Il  en a déjà eu l’expérience avec le 16 mai. Les réactions sont déjà là. Et des voix s’élèvent pour réclamer justice et annoncent des sit-in de condamnation et de solidarité. Les Marocains sont solidaires face à l’exécrable hydre terroriste. Les jeunes prévoyaient un sit-in, le vendredi soir, devant le lieu du crime  abject et des marches sont annoncées pour exprimer la solidarité de tout le peuple, protéger le pays et condamner le sordide attentat contre le Maroc et son économie, car on est conscient de l’impact négatif de  cet événement sur le secteur touristique. On est conscient également qu’à travers ce crime, c’est notre démocratie et le progrès de notre pays qui sont visés.

KAMAL MOUNTASSIR
Samedi 30 Avril 2011

Lu 399 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs