Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La vigilance sera de mise en cas de nouvelles pluies : La menace acridienne se précise




La vigilance sera de mise en cas de nouvelles pluies : La menace acridienne se précise
L’Observatoire acridien  relevant de la FAO vient de tirer la sonnette d’alarme. Au cours de la semaine écoulée, des infestations du criquet pèlerin ont notamment  été signalées au Maroc. Des effectifs acridiens en augmentation ont été repérés dans le Sahara et le long du versant méridional des monts Atlas, au Maroc, selon le communiqué de l’Observatoire. Le Centre national de lutte antiacridienne appelle à davantage de vigilance à cause de la présence des ailés solitaires et des conditions climatiques favorables qui  laissent présager des reproductions à petite échelle au sud et sud-est du pays au cours des semaines à venir.
Par ailleurs, la situation de plus en plus préoccupante dans les pays du Sahel, incitent à plus de prudence afin de faire face à tout développement de la situation acridienne au Maroc, souligne le Centre national. Pour réduire l’échelle de migrations supplémentaires et d’une éventuelle reproduction, l’Observatoire acridien de la FAO appelle l’ensemble des pays affectés ou qui risquent d’être touchés  à déployer plus  d’efforts et à poursuivre leurs actions pour maintenir et étendre leurs opérations de prospection.
S’agissant des prévisions concernant le Maroc, le  Centre d’intervention antiacridien d’urgence relevant de la FAO a lui aussi  indiqué qu’en cas de nouvelles  pluies, les ailés effectueront leur maturation et se reproduiront, ce qui pourrait constituer un danger pour le Maroc.
A rappeler qu’au 20ème siècle, le Maroc a connu 5 grandes invasions. En 1914, c’était une invasion acridienne qui allait durer 5 ans de 1914 à 1919. Par la suite, le Maroc aura traversé quatre autres périodes d’invasion (1927-1934, 1941-1948, 1954-1961, 1987-1989). Ces invasions sont intercalées par des périodes de rémission dont la plus longue a duré 26 ans (1961-1987).
La dernière période d’invasion 1987-1989 a été l’une des plus importantes. Elle a nécessité la mobilisation de moyens humains, matériels et financiers considérables (1 milliard de dirhams) pour traiter près de 5 millions d’hectares.
Les populations acridiennes peuvent envahir de vastes territoires de près de 30 millions de km² touchant une soixantaine de pays.

LARBI BOUHAMIDA
Mercredi 28 Novembre 2012

Lu 544 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs