Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La variable démographique dans les deux présides occupés dérange l’Espagne

El Cano évoque une probable altération de l’équilibre politique et social à Sebta et Mellilia




Le nombre d’habitants de Sebta et Mellilia qui parlent l’amazigh et l’arabe devient de plus en plus important, selon un rapport de l’Institut espagnol El Cano intitulé : «La vision de l’Espagne vers le Sud : de la Méditerrané au Sahel».
«Sebta et Mellilia représentent un problème dans les relations avec le Maroc étant donné que ce dernier revendique la souveraineté de ces deux villes. L’Espagne continue de s’appuyer sur les mêmes arguments politiques et juridiques pour les défendre, mais ses instruments économiques et sociaux se détériorent», a souligné le rapport de ce think tank des études internationales et stratégiques. Mais le problème le plus important, selon lui, est d’ordre démographique, «car il altère l’équilibre politique et social de la population qui réside dans ces deux villes».
Le rapport parle de la «marocanisation» de la population de ces deux présides occupés. Cela est dû, selon le même document, à «l’augmentation des taux de mariage et de natalité. Face au taux réduit de mariages mixtes, Sebta et Mellilia enregistrent le taux de mariages le plus élevé d’Espagne : respectivement 5,6 et 4,3, alors que la moyenne espagnole est de 3,5 mariages par an pour chaque millier d’habitants».
Par ailleurs, 75% des natalités enregistrées en 2011 à Mellilia concernent des enfants dont les pères portent des noms arabes, contre 70% en 2007.
En 2013, 22% des habitants de Mellilia sont nés au Maroc contre 16%  en 2006, alors que  10% de ceux de Sebta sont nés au Maroc contre 7% en 2006. Ce rapport affirme également que la population «hispanique» abandonne de plus en plus les deux présides occupés.
Par contre, le rapport établi par un groupe de chercheurs sous la direction de Félix Arteaga, souligne que le taux de chômage est de 38% à Sebta et 32% à Mellilia. Ces deux présides enregistrent également des taux d’échec scolaire les plus élevés en Espagne. Cela est dû, selon le même document, au fait que «la majorité des élèves parlent l’amazigh ou la darija dans leur maison, alors la langue d’enseignement à l’école est l’espagnol».
Outre ces changements démographiques, le document a insisté sur le fait que Sebta et Mellilia ainsi que la Catalogne sont devenus les «principaux centres de recrutement et d’embrigadement des jihadistes en Espagne. En outre, il y a eu une augmentation sensible des  migrants irréguliers en provenance de Syrie et qui ont jeté leur dévolu sur Sebta et Mellilia en 2013-2014».

T.M
Vendredi 20 Novembre 2015

Lu 969 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs