Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La vallée de l'Indus toujours menacée par les inondations : Un attentat contre une Jirga pakistanaise fait sept morts




L'explosion d'une bombe au milieu d'une assemblée de notables a fait sept morts dans la province de Kurram, dans le nord-ouest du Pakistan, a rapporté un responsable du gouvernement.
«Nous avons des informations selon lesquelles (l'explosion) s'est produite lors d'une Jirga. Le bilan pourrait être plus élevé», a indiqué à Reuters Naeemullah Jan.
Des insurgés talibans ont lancé une campagne de violence dans le nord-ouest et le centre du pays. Les Talibans ont fait profil bas ces dernières semaines alors que des millions de Pakistanais sont affectés par les pires inondations de l'histoire du pays.
A ce propos, il convient de préciser que les autorités s'efforçaient toujours, hier, de protéger des eaux plusieurs villes et villages vidés préventivement de leurs habitants dans la vallée de l'Indus, au sud du Pakistan.
Depuis deux jours, une ville d'environ 100.000 habitants, Shahdadkot, ainsi que de nombreux bourgs et villages de cette zone de la province méridionale du Sind, ont été évacués par l'armée et les secouristes, ou ont quitté les lieux par leurs propres moyens.
Il restait cependant hier quelques habitants à Shahdadkot. «Nous avons lancé un dernier avertissement aux gens pour leur demander de partir car le risque d'une montée des eaux s'accroît», a déclaré lundi par téléphone à l'AFP Yasin Shar, haut fonctionnaire du district, précisant que 90% des habitants de la ville et ses environs ont déjà été évacués.
Les eaux de l'Indus, mais aussi de nombreux affluents, sont gonflées par les pluies diluviennes qui persistent dans cette région méridionale du Pakistan près d'un mois après les premières inondations dans le nord. A plus de 250 km au sud de Shahdadkot, la grande ville de Sajawal ainsi que des villages alentour continuaient également hier d'être évacués, a indiqué à l'AFP Hadi Kalhoro, un des responsables du district de Thatta.
Selon lui, les eaux de l'Indus ont inondé la zone et «quelque 100.000 personnes ont dû être évacuées en cinq ou six jours dans le district et les plantations de bananes et de canne à sucre ont été dévastées».
Les autorités de la province du Sind, dont Karachi est la capitale, n'ont rapporté pour l'heure aucun décès dans les zones nouvellement inondées le long de l'Indus, mais les bilans parviennent généralement avec retard.
Dimanche, le ministre de l'Irrigation du Sind avait expliqué à l'AFP que l'évacuation de Shahdadkot était «une mesure préventive» car les digues protégeant la ville des affluents de l'Indus menaçaient de céder.
Les inondations provoquées depuis près d'un mois par des pluies de mousson d'une ampleur exceptionnelle ont affecté un cinquième du territoire pakistanais.
Elles ont tué pour l'heure plus de 1.500 personnes, la majorité dans le nord-ouest, et affecté à divers degrés quelque 20 millions de Pakistanais, dont au moins 4,8 millions sont encore sans abri, selon une nouvelle estimation de l'ONU.

AFP, AP
Mardi 24 Août 2010

Lu 411 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs