Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La traque des assassins des deux journalistes au Mali a commencé

Interpellation d’une dizaine de suspects




La traque des assassins des deux journalistes au Mali a commencé
Que se passe-t-il actuellement dans le nord du Mali? Près de 48 heures après la mort de deux journalistes français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, difficile de savoir où en est l'enquête pour retrouver les auteurs de cet assassinat.
Une dizaine de suspects ont été interpellés depuis l'assassinat de deux journalistes de Radio France Internationale (RFI) samedi à Kidal, dans le nord-est du Mali, a appris lundi l'AFP auprès de la gendarmerie malienne, ce qu'a démenti Paris en parlant "d'opérations en cours".
"Une dizaine de suspects ont été interpellés dans la région de Kidal, après l'assassinat des deux journalistes" de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a indiqué une source à la gendarmerie de Gao, la grande ville du nord du Mali. "Nous commençons à avoir des éléments à ne pas négliger", a-t-elle ajouté.
Selon cette source, "les services maliens et français travaillent ensemble" dans la traque des assassins des deux journalistes qui avaient été enlevés à Kidal peu avant d'être tués à une dizaine de kilomètres de la ville.
A Paris, l'entourage du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a démenti qu'il y ait eu des interpellations: "Pour nous, France et Serval, (nom de l'opération militaire française au Mali), aucune arrestation". Mais les militaires français disposent "d'indications permettant de remonter la trace" des meurtriers des deux reporters français, selon une source proche de M. Le Drian.
Selon le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, interrogé par la radio RTL à Paris, des "opérations pour identifier un certain nombre de personnes dans des campements" ont été lancées dimanche et étaient toujours "en cours" lundi.
Les corps de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été ramenés de Kidal (1.500 km au nord-est de Bamako), via Gao, par un avion militaire français dimanche soir à l'aéroport à Bamako. Leur rapatriement en France devait être organisé au plus tôt lundi.

Libé
Mardi 5 Novembre 2013

Lu 93 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs