Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La testostérone peut induire des attitudes égocentriques




La testostérone peut induire des attitudes égocentriques
L’hormone “masculine” testostérone qu’on savait impliquée dans certains comportements violents, peut induire des attitudes égocentriques, conclut une étude britannique publiée mercredi.
Des chercheurs du Wellcome Trust Centre for Neuroimaging à l’University College à Londres ont, a priori paradoxalement, fait leurs tests sur des femmes pour prouver que cette hormone mâle pouvait “rendre moins coopératif et plus égocentrique”.
La testostérone est secrétée chez les femmes, mais à moindre dose par rapport aux hommes. C’est pour éviter les interférences de la sécrétion naturelle que cette étude a été réalisée chez des femmes et non pas chez des hommes.
Le degré de coopération a été testé sur des groupes composés de deux femmes auxquelles on avait administré alternativement des doses de testostérone et des placebos.
Il était demandé aux deux femmes de coopérer pour trouver une réponse commune en cas de désaccord sur les réponses à apporter à un test.
Les chercheurs ont trouvé que lorsque des doses de testostérone étaient administrées “la coopération était nettement réduite”.
“De fortes doses de testostérone sont allées de pair avec un comportement égocentrique”, selon un communiqué diffusé à l’occasion de la publication de l’étude dans la publication britannique Proceedings of the Royal Society B.
Lorsqu’une décision de groupe doit être prise, il faut faire la part entre coopération et intérêt personnel : trop de coopération et on pourrait ne pas s’en sortir, mais si on est trop égocentrique, on ignorera vraisemblablement l’avis d’une autre personne éclairée, explique le Dr Nick Wright qui a dirigé l’étude.
“Notre comportement semble modulé par nos hormones”, souligne le Dr Wright. On savait déjà qu’une hormone, l’ocytocine, pouvait rendre plus coopératif.
Par cette expérience, “nous avons montré que la testostérone affecte aussi nos décisions, en nous rendant plus égocentrique”. La plupart du temps, cela n’empêche pas de trouver la meilleure solution, mais, “parfois, la testostérone peut nous faire ignorer le point de vue des autres”, souligne Wright.

AFP
Samedi 4 Février 2012

Lu 384 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs