Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La tension monte entre Ankara et Damas : Bombardements turcs en riposte à une attaque syrienne




La tension monte entre Ankara et Damas : Bombardements turcs en riposte à une attaque syrienne
La Turquie a poursuivi jeudi ses bombardements sur la Syrie en riposte aux tirs syriens meurtriers sur le village frontalier d’Akçakale et a sollicité le feu vert de son Parlement pour les poursuivre, faisant ressurgir la menace d’une guerre entre les deux pays.
Au lendemain des premières salves de représailles qui ont frappé les environs du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad, juste en face d’Akçakale, l’armée d’Ankara a repris au petit matin ses tirs d’artillerie vers le territoire syrien, a indiqué à l’AFP une source sécuritaire turque.
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), la riposte militaire turque, qui a notamment visé une position de l’armée fidèle au président Bachar al-Assad dans la région de Rasm al-Ghazal, près de Tall al-Abyad, a tué «plusieurs soldats syriens».
Déterminé à ne pas laisser l’attaque syrienne impunie, le gouvernement turc a demandé au Parlement l’autorisation formelle de mener des opérations militaires en territoire syrien au nom de la «sécurité nationale», ainsi qu’il le demande pour bombarder les positions des rebelles séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Irak.
La Constitution turque prévoit que toute opération militaire extérieure doit être autorisée au préalable par le Parlement.
Le débat a débuté à huis clos à 10H00 locales (7H00 GMT) devant l’Assemblée nationale à Ankara, où le parti du Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan dispose d’une confortable majorité.
Dès mercredi soir, le chef du gouvernement turc a fait part de sa détermination à riposter après le bombardement qui, selon un dernier bilan, a tué cinq personnes et fait une dizaine de blessés à Akçakale, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au régime du président Assad et les rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL).
«La Turquie ne laissera jamais impunies de telles provocations du régime syrien, qui menacent notre sécurité nationale, dans le respect du droit international et de ses règles d’intervention», a tonné M. Erdogan à l’issue d’une réunion d’urgence avec ses conseillers.
Après plusieurs incidents de frontière ces dernières semaines autour d’Akçakale, le bombardement de mercredi a suscité une intense émotion en Turquie et fait immédiatement remonter la tension avec son voisin.
En juin dernier, le ton était déjà monté entre les deux capitales après la destruction d’un avion de chasse turc par la défense antiaérienne syrienne. Mais les menaces de représailles d’Ankara, qui appelle depuis des mois au départ du président Assad, étaient restées sans suite.
L’incident d’Akçakale a été fermement condamné par les Etats-Unis et par l’Otan, qui ont affiché une solidarité sans faille avec Ankara, un des 28 pays membres de l’Alliance atlantique.
Un porte-parole du Pentagone a vu dans cet incident un «exemple du comportement dévoyé» du régime syrien et, dès mercredi soir, le Conseil de l’Otan s’est réuni en urgence à Bruxelles pour sommer la Syrie de «mettre un terme à ses violations flagrantes du droit international».
Les 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, saisis par la Turquie, devaient eux publier jeudi une déclaration condamnant vigoureusement les tirs syriens et demandant à Damas de respecter le territoire de ses voisins.
Cette déclaration devait être entérinée dès mercredi soir mais à la dernière minute, la Russie, fidèle alliée du régime syrien, a demandé que son adoption soit reportée à 14H00 GMT. La Russie, qui s’est systématiquement opposée jusque-là à toute condamnation de Damas, pourrait entre-temps proposer des modifications au texte ou même lancer l’idée d’une enquête internationale sur cet incident, selon un diplomate.
Mercredi soir, le ministre syrien de l’Information Omran Zoabi a annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’origine des tirs venus qui ont frappé le village d’Akçakale et présenté les condoléances de son pays «aux familles des victimes et à nos amis, le peuple turc».
La détérioration de la situation entre Ankara et Damas le long de leur frontière commune a largement occulté le reste de la situation en Syrie.
Les combats que se livrent depuis fin juillet rebelles et forces gouvernementales pour le contrôle de la ville d’Alep (nord de la Syrie) se sont poursuivis jeudi, au lendemain d’un triple attentat à la voiture piégée qui a fait au moins 48 tués, en majorité des militaires, et une centaine de blessés.

Libé
Vendredi 5 Octobre 2012

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs