Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La taille de l’index marquerait le risque de cancer de la prostate




À l’issue de la lecture de cet article, tous les hommes vont s’empresser de regarder leurs mains et surtout la taille de leur index. Car une étude - publiée le 30 novembre dernier dans le British Journal of Cancer par des chercheurs travaillant pour la plupart au sérieux Queens Medical Center de l’université de Nottigham (Grande-Bretagne) - indique que ceux dont l’index est plus long que l’annulaire auraient moins de risque de développer un cancer de la prostate que les autres.
Les chercheurs ont comparé pendant quinze ans (de 1994 à 2009) les mains de plus de 1.500 patients âgés de moins de 80 ans et souffrant d’un cancer de la prostate avec celles de plus de 3.000 personnes en bonne santé. Plus de la moitié des participants à l‘étude avaient un index moins long que l’annulaire. Mais, au final, ceux dont l’index était plus long que l’annulaire présentaient un risque diminué d’un tiers de développer un cancer de la prostate. Pour les moins de 60 ans, ce risque était même diminué de 87 %.
Le ratio entre le deuxième et le quatrième doigts est fixé in utero, expliquent les auteurs, ajoutant que c’est un «dismorphisme sexuel» - donc une différence systématique selon le sexe - moins marqué chez les hommes que chez les femmes. La longueur des doigts serait liée au niveau du testostérone avant la naissance. Les pics de sécrétion de cette hormone mâle ont lieu entre la neuvième et la dixième semaines. En pratique, moins il y a de testostérone chez l’embryon, plus l’index est long.
C’est en remarquant qu’il n’y avait eu, jusqu’alors, qu’une seule étude portant sur les liens entre le ratio digital, le volume de la prostate, le niveau de PSA (un antigène exclusivement fabriqué par la prostate, qui contribue à liquéfier le sperme) et le risque de cancer de cet organe, que l’équipe anglaise a eu l’idée d’établir ces comparaisons. Et de rechercher un lien direct avec le risque de cancer de la prostate. Mais attention, les hommes qui ont un index relativement court ne doivent pas paniquer pour autant, ni se précipiter chez leur médecin pour demander un dépistage. Notamment parce que la concentration en PSA dans le sang peut augmenter en cas de tumeur bénigne (adénome), d’infection (prostatite) ou de cancer. Et que les spécialistes n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur l’utilité de le mesurer en l’absence d’autres signes de tumeur maligne.
En clair, comme le soulignent bien les auteurs de ce travail, la taille de l’index pourrait être un simple indicateur de risque de cancer de la prostate, qui, pris de manière isolée, n’a aucune valeur. En revanche, ce pourrait aussi être un «marqueur» de plus chez ceux présentant d’autres facteurs de risque génétiques ou familiaux et chez qui un dépistage d’éventuels problèmes ou au moins une surveillance régulière de la prostate se justifie davantage.

Libé
Mercredi 12 Janvier 2011

Lu 398 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs