Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La stratégie nationale de l’emploi exposée devant l’OIT

Poursuite des travaux de la 103ème Conférence annuelle del’Organisationi nternationale du travail




La stratégie nationale de l’emploi exposée devant l’OIT
Le Maroc a présenté son expérience en matière d’élaboration de la stratégie nationale de l’emploi, devant la 103e conférence annuelle de l’Organisation internationale du travail (OIT) dont les travaux se tiennent du 28 mai au 12 juin à Genève.
Cette stratégie vient d’être lancée par le ministère de l’Emploi et des Affaires sociales, dans le cadre d’un partenariat avec l’OIT, avec comme ambition de promouvoir le travail décent et productif ainsi que la valorisation du potentiel humain.
Le processus d’élaboration s’articule autour du diagnostic du marché du travail, étape déjà franchie, et la mise en place d’un plan d’action en la matière. 
Il procède d’une nouvelle vision de l’action publique qui vise, sur le long terme, à améliorer l’accompagnement des mobilités sur le marché du travail en renforçant la prévalence de l’emploi productif et la bonne gouvernance du marché du travail. Le Maroc est représenté à la conférence de l’OIT par une délégation tripartite composée de représentants du ministère de l’Emploi, des employeurs et des centrales syndicales les plus représentatives.
Cette délégation, présidée par le secrétaire général du ministère, Mimoun Bentaleb, a également pris part à une réunion de la commission sur le travail forcé consacrée à l’examen du projet de nouvel instrument pour compléter les conventions 29 et 105 y afférentes. Au cours de cette rencontre, la majorité des pays membres ont opté pour l’adoption d’un protocole sur le travail forcé, puis éventuellement d’une recommandation complétant la convention 29 de l’OIT. 
La délégation a aussi pris part à une séance de la commission de l’application des normes axée sur la thématique des «systèmes de salaires minimaux».  Le travail forcé et la transition vers l’économie formelle sont deux questions phare à l’ordre du jour de la Conférence internationale du travail qui place les droits des travailleurs et la concurrence loyale au rang des priorités.
D’après un récent rapport de l’OIT, 21 millions de personnes sont victimes du travail forcé dans le monde, un fléau qui se transforme, se réinvente sous les formes les plus virulentes. 
Le travail forcé est un immense marché qui rapporte chaque année des profits estimés à 150 milliards de dollars de profits annuels. 
«La formalisation fournit une protection et de meilleures conditions de travail aux travailleurs, garantit une concurrence loyale et une pérennité accrue pour les entreprises, génère des recettes et renforce l’autorité des gouvernements», souligne l’organisation.

Jeudi 5 Juin 2014

Lu 162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs